Le mois d'août démarre sur un grand coup de chaud

L'épisode de chaleur est limité à 24 ou 48 heures selon les régions. Il n'y a donc pas de canicule malgré les températures élevées.

Des enfants se rafraîchissent dans une fontaine de Strasbourg (Bas-Rhin), le 1er août. 
Des enfants se rafraîchissent dans une fontaine de Strasbourg (Bas-Rhin), le 1er août.  (PATRICK HERTZOG / AFP)

Après un mois de juillet classé troisième le plus chaud depuis plus d'un siècle, derrière ceux de 2006 et 1983, août démarre avec un thermomètre dans le rouge. A Paris, il a fait 35 degrés, jeudi 1er août, soit 9 degrés de plus que la normale. Mêmes chaleurs à Lille avec 32 degrés (+8 degrés), Bordeaux avec 37 (+9) et Lyon avec 34 (+5). Ce n'est pas fini. Jeudi devrait être "la journée la plus chaude de l'été jusqu'ici" avec "un pic de chaleur bien marqué", a noté le météorologue Patrick Galois, de Météo-France.

"Nous sommes aujourd'hui (jeudi) très au-dessus de la moyenne pour les températures, souvent de 6 à 10 degrés", estime Patrick Galois. Les températures maximales ont franchi 30 degrés sur quasiment tout le territoire, frôlant même les 40 degrés dans le Sud-Ouest. "On va dépasser pour la première fois de l'année les 30 degrés à Dunkerque, il fera donc très chaud jusqu'aux plages du Nord", a souligné le météorologue. Mais on ne peut pas encore parler de canicule, car l'épisode de chaleur est limité à 24 ou 48 heures selon les régions, et non trois jours consécutifs.