Cet article date de plus de douze ans.

Le campement de migrants à Steenvorde

Le maire UMP de Steenvorde a autorisé l'installation dans sa commune d'un camp pour les migrants
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le camp de Steenvorde dans le nord de la France (© France)
Le maire UMP de Steenvorde a autorisé l'installation dans sa commune d'un camp pour les migrantsLe maire UMP de Steenvorde a autorisé l'installation dans sa commune d'un camp pour les migrants

Un mois après le démantèlement de la "jungle" de Calais, l'ouverture de ce campement, qui a eu lieu mardi et qui fermera ses portes le 15 avril, a été décidée en conseil municipal, l'expérience de l'hiver 2008 ayant été jugée positive par les élus de Steenvorde

Pour la seconde année consécutive, la mairie a préparé un terrain communal, sur lequel deux grandes tentes ont été installées par les membres de l'association "Terre d'errance" pour accueillir entre 40 et 60 personnes. A l'intérieur, des dizaines de matelas ont été disposés pour permettre aux migrants, en très grande majorité des Erythréens, de passer la nuit. Des poêles à pétrole diffusent un peu de chaleur et des sanitaires sont disponibles ainsi qu'un point d'eau.

Le maire Jean-Pierre Bataille a conscience que son action va à l'encontre des choix du gouvernement, qui a démantelé la "jungle" de Calais, une zone de baraquements où séjournaient des centaines de candidats à l'immigration au Royaume-Uni. "J'appartiens à un parti libre et démocratique, (le ministre de l'Immigration) Eric Besson est au courant de notre action humanitaire", a-t-il dit en revendiquant un geste "ponctuel".

Steenvorde est situé à 70 kilomètres de Calais mais aussi en bordure de l'autoroute qui y mène et à proximité d'une aire d'autoroute où des migrants tentent de monter dans des camions qui se rendent en Grande-Bretagne.

Le 22 septembre 2009, 276 migrants avaient été interpellés lors d'une vaste opération visant à supprimer tout campement de fortune dans la "jungle" de Calais. Cette dernière s'était constitué progressivement après la fermeture du centre de la Croix-Rouge de Sangatte en décembre 2002. Jusqu'à 800 migrants s'y étaient regroupés, des Afghans mais aussi des Irakiens et des Erythréens.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.