Cet article date de plus de quatorze ans.

L'enquête policière accable Julien Dray

Le député PS de l'Essonne Julien Dray aurait bénéficié d'un système de mouvements de fonds de plusieurs organisations
Article rédigé par France2.fr
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Julien Dray accablé par une enquête policière. (© F2)

Le député PS de l'Essonne Julien Dray aurait bénéficié d'un système de mouvements de fonds de plusieurs organisationsLe député PS de l'Essonne Julien Dray aurait bénéficié d'un système de mouvements de fonds de plusieurs organisations

Les avocats de M. Dray ont réagi à des fuites vendredi dans la presse en annonçant leur intention d'attaquer en justice Médiapart et Le Monde qui ont publié de larges extraits du rapport de synthèse des policiers de la Brigade financière.

Le député aurait perçu entre 2005 et 2008 plus de 1,6 million d'euros et dépensé plus de 2 millions.

Alors que Le Monde évoque le possible renvoi de M. Dray et d'une "demi douzaine" de personnes en correctionnelle dans cette enquête, le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, a assuré vendredi dans un communiqué qu'"aucune décision" n'était prise à ce sujet.

L'enquête a été ouverte le10/12/08 pour "abus de confiance" et "faux et usage de faux". Elle vise les mouvements de fonds suspects, évalués à 350.000 euros, entre la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl) et les Parrains de SOS Racisme, deux proches de M.Dray et l'élu socialiste.

Les enquêteurs soupçonnent la Fidl d'avoir versé entre 2005 et 2008 quelque 23.000 euros sous la forme de neuf chèques à une proche collaboratrice de M. Dray. Dans leur rapport de synthèse de la Brigade financière, les policiers relèvent que "certaines sommes encaissées ont été suivies d'un décaissement au profit" de l'élu socialiste.

Plusieurs avocats de personnes mises en cause dans ce dossier ont dénoncé vendredi cette publication dans Médiapart et Le Monde qui publient vendredi des extraits de l'enquête et ont annoncé leur intention d'intenter de nouvelles actions en justice.

Dans ce rapport, écrit à l'issue de sept mois d'enquête menée par le procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin, les enquêteurs épinglent également Les Parrains de SOS Racisme, émanation de l'organisation antiraciste destinée, de l'aveu même de SOS Racisme, à régler les dépenses en espèces de l'association.

Deux proches collaborateurs de M. Dray auraient perçu de l'association Les Parrains des virements pour des prestations non établies et en auraient reversé une partie au député. Ils auraient même, selon les enquêteurs, bénéficié d'un système de fausse facturation. Au cours de leurs auditions, M. Dray et ses deux personnes auraient justifié ces versements par des prêts à des périodes où M. Dray rencontrait des difficultés financières.

Les policiers et membres du parquet estiment sur les quatre dernières années les dépenses annuelles moyennes de M. Dray à 521.919 euros, un train de vie (43.500 euros par mois) à mettre en regard de ses revenus: en moyenne 407.854 euros (34.000 euros par mois).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.