Covid-19 : trois syndicats appellent à la grève dans les crèches parisiennes pour dénoncer des mauvaises conditions de travail liées à la pandémie

Ils dénoncent les charges de travail supplémentaires liées à la crise sanitaire. Le préavis de grève court jusqu'au 1er décembre. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une crèche pendant le Covid-19.  (SIMON DAVAL / MAXPPP)

Trois syndicats appellent les personnels des crèches de Paris à se mettre en grève jeudi 19 novembre, rapporte France Bleu Paris. Les syndicats CGT, Supap-FSU et UCP dénoncent un protocole sanitaire inapplicable et un manque d'effectifs alors que tous les enfants peuvent être accueillis. 

"On doit nettoyer les meubles, les tapis, notre charge de travail est beaucoup plus importante et nous n'avons pas les effectifs nécessaires pour mettre ces protocoles en place", regrette Elisa Martinez, éducatrice spécialisée. Les professionnels du secteur dénoncent des groupes d'enfants trop nombreux, des règles d'accueil inapplicables et des collègues à bout de souffle. "C'est un travail où l'on est en lien avec l'être humain et ce n'est pas possible d'être bienveillants avec les enfants quand nous même on nous maltraite", poursuit Elisa Martinez. 

Préavis de grève jusqu'au 1er décembre 

"Nous n'avions pas forcément prévu ce mouvement", avoue Christine Derval, secrétaire générale de la CGT petite enfance à Paris, "mais nous avons reçu tellement d'appels et de mails de nos collègues sur le terrain que cette journée de mobilisation s'est imposée". Un préavis de grève est déposé jusqu'au 1er décembre prochain.

De son côté, la Ville de Paris rappelle que les règles sanitaires sont définies par le gouvernement et que la collectivité fait respecter le protocole mais qu'elle ne peut pas le modifier. Les services de la Ville assurent néanmoins fournir "des blouses et surblouses" et ne facturent pas les parents quand ils ne mettent pas leurs enfants en crèche, ce qui permet de diminuer un peu les effectifs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.