Mercredi noir à la gare du Nord après une interruption du trafic RER

Après un incident de caténaire, certains voyageurs sont descendus sur les voies pour regagner leur domicile. Le trafic est revenu à la normale jeudi matin.

Des voyageurs dans une rame du RER B, le 21 juin 2011 à la gare du Nord, à Paris.
Des voyageurs dans une rame du RER B, le 21 juin 2011 à la gare du Nord, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

SOCIETE – Sale soirée sur le réseau ferroviaire du nord et de l'est de Paris. Une série d'incidents ont bloqué des dizaines de milliers de voyageurs dans la soirée du mercredi 7 novembre. Les RER et Transiliens à destination des banlieues nord et est ont été les plus touchés, puisqu'au aucun train n'a circulé pendant plusieurs heures, provoquant une paralysie du trafic.

France 2 - Nathalie Rihouet

Les trains grandes lignes à destination du nord de la France ou de l'international (Eurostar et Thalys) ont également été touchés, accusant en moyenne une heure de retard. Un Eurostar a même enregistré jusqu'à trois heures de retard. La SNCF assure que le trafic est revenu à la normale jeudi matin.

Des dizaines de milliers de personnes touchées

A l'origine de ces perturbations : "un petit problème électrique qui aurait dû concerner 150 personnes pendant une heure", a expliqué un porte-parole du réseau Transilien. "Au final on se retrouve avec une vraie pagaille qui a touché des dizaines de milliers de personnes".

Cette pagaille est la conséquence d'"une succession d'incidents qui ont fait boule de neige" et qui ont débuté à 17h45 par un problème de caténaire sur la ligne entre Paris et Mitry (Seine-et-Marne). Ce problème technique a été réglé à 18h40, mais des voyageurs, impatients, sont descendus sur les voies, provoquant des incidents de trafic en chaîne jusqu'en fin de soirée, selon la SNCF.

La compagnie ferroviaire a dû mettre en place une cellule de crise. La situation est en effet rapidement devenue très complexe à gérer avec des voyageurs excédés sur les quais de la gare du Nord et des centaines d'autres marchant sur les voies après l'arrêt de leur train entre deux stations.

Grosse colère des passagers

Sur son site internet, la RATP avait précisé que la présence de ces personnes sur les voies imposait "l'arrêt immédiat de toutes les circulations dans les deux sens sur les axes Paris-Aéroport Charles de Gaulle 2 TGV et Paris-Mitry Claye".

A la gare du Nord, qui accueille chaque jour 500 000 voyageurs, les quais se sont rapidement trouvés bondés, suscitant la colère des passagers.