Cet article date de plus de sept ans.

En Seine-Saint-Denis, des dizaines d'instituteurs sans salaire depuis la rentrée

Une réunion s'est tenue, jeudi, à la direction académique pour tenter de résorber ce gros souci administratif. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des élèves devant le lycée Leonard-de-Vinci de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), le 26 mars 2002. (MAXPPP)

Un gros couac. Un mois et demi après la rentrée, des dizaines d'instituteurs débutants ou contractuels de Seine-Saint-Denis n'ont toujours pas reçu leur premier salaire, indiquent plusieurs syndicats, jeudi 16 octobre. Une réunion s'est tenue à la direction académique, le même jour, pour tenter de régler le problème et verser au plus vite des "avances" sur les salaires de septembre.

"Une catastrophe administrative"

Le rectorat de Créteil n'a pas encore livré de chiffres exacts. Mais il y aurait entre une cinquantaine, selon la CGT, et 300 instituteurs, selon SUD Education, concernés. "Quel que soit le nombre, ce n'est pas acceptable", estime Rachel Schneider, responsable du Snuipp en Seine-Saint-Denis. Dans certains cas, des professeurs ont pu fournir des renseignements incomplets dans leur dossier à l'embauche, mais beaucoup sont simplement victimes de gros "retards dans le versement des salaires", explique-t-elle.

"Même ceux qui ont fait leur dossier dans les temps n'ont pas été payés", ajoute Arnaud Montfort, de SUD Education. Le problème vient, selon lui, de l'académie, où seules cinq personnes gèrent 1 500 dossiers, d'où une "catastrophe administrative". La Seine-Saint-Denis connaît un turn-over très important et a recours à des centaines de contractuels pour assurer les cours, faute de candidats. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.