Des violences présumées ont entraîné la mort cette semaine d'un enfant de trois ans, à Méru, dans l'Oise

Sa mère et son concubin ont été mis en examen et écroués samedi soir.Le garçonnet est mort dans la nuit de mercredi à jeudi à l'hôpital Necker à Paris. Son beau-père est soupçonné de l'avoir frappé au corps à de nombreuses reprises à mains nues. Avec la mère, ils avaient été placés en garde à vue jeudi.

Sa mère et son concubin ont été mis en examen et écroués samedi soir.

Le garçonnet est mort dans la nuit de mercredi à jeudi à l'hôpital Necker à Paris. Son beau-père est soupçonné de l'avoir frappé au corps à de nombreuses reprises à mains nues. Avec la mère, ils avaient été placés en garde à vue jeudi.

Le beau-père de l'enfant, âgé de 26 ans, est poursuivi pour violences volontaires habituelles ayant entraîné la mort sans intention de la donner, et violences volontaires sur sa concubine. Cette dernière a été mise en examen pour non-empêchement de crime ou de délit et non-assistance à personne en danger. Tous deux sont également poursuivis pour privation d'aliments.

Le jeune homme de 26 ans avait conduit le garçonnet à l'hôpital de Méru mercredi soir, avant qu'il ne soit transféré à Necker, où les médecins, ayant décelé des signes de mauvais traitements, ont effectué un signalement au parquet de Senlis.

"Cet enfant était maltraité depuis plusieurs mois", a-t-on indiqué au parquet, précisant que la mère, âgée de 30 ans, ne frappait pas l'enfant, mais "elle n'a pas su la protéger".

Le beau-père et la mère, tous deux sans emploi, ont eu ensemble un enfant, âgé aujourd'hui d'un mois, qui a fait l'objet d'une mesure de placement.