Cet article date de plus de douze ans.

Sondages : les courbes de Hollande et Sarkozy se croisent et se décroisent

La prudence s'impose quant à la lecture des derniers sondages. Selon la Sofres, Hollande fait toujours la course en tête au premier tour. Une étude qui contredit celle de l'Ifop qui donne Sarkozy devant le candidat PS.

Article rédigé par franceinfo avec AFP et Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
François Hollande reste en tête du premier tour selon un sondage TNS Sofres publié mardi 13 mars 2012 qui contredit un précédent sondage de l'Ifop qui donnait Nicolas Sarkozy en tête au premier tour pour la première fois. (PIERRE VERDY / ERIC FEFERBERG / AFP)

Les sondages se suivent mais ne se ressemblent pas. Dans un sondage Ifop/Fiducial pour Europe 1-Paris Match-Public Sénat paru dans la matinée du mardi 13 mars (1), Nicolas Sarkozy prend la tête au premier tour de la présidentielle. Une première : il recueille 28,5% des intentions de vote contre 27% pour François Hollande. En fin d'après-midi, un nouveau sondage de TNS Sofres pour i-Télé réalisé lundi (2), contredit le premier : Hollande reste en tête du premier tour à 30%, devant Sarkozy qui perd deux points à 26%. 

 

• Pourquoi il ne faut pas s'emballer

Il n'est pas étonnant que deux instituts de sondage obtiennent des résultats différents. Et on ne doit forcément comparer ces résultats. D'autant que chaque institut de sondage procède à un "redressement subjectif, qui repose sur l'expertise du sondeur"explique à FTVi l'ancien sondeur Denis Pingaud. Chaque institut garde donc son secret de fabrication. Autre clés pour lire des sondages (contradictoires ou non) : observer les tendances plutôt que les chiffres, mais aussi tenir compte des marges d'erreur de chaque institut qui diminue à mesure que le nombre de personnes interrogées augmente, comme FTVi vous l'indique

• Le président sortant toujours devant au 1er tour dans les sondages

Au vu des enquêtes d'opinions effectuées lors de précédentes présidentielles, il n'est pas inhabituel de voir le président en exercice dominer son challenger le plus sérieux pour le premier tour.  

En 1981. Dans les intentions de votes mesurées par la Sofres, Valéry Giscard d'Estaing fait la course en tête au premier tour mais son score baisse inéluctablement. VGE passe de 34% en octobre 1980 à 27,5% en avril 1981. A l'inverse, son challenger, François Mitterrand, progresse. Au soir du premier tour, le 26 avril 1981, le président sortant totalise 28,3% des voix, son rival socialiste 25,8%. Au second tour, la tendance s'inverse et son concurrent socialiste l'emporte. 

En 1988. Tous les sondages de la Sofres donnent François Mitterrand largement en tête au premier tour, avec entre 38% en novembre 1987 et 35% en avril 1988. Le président sortant a parfois même plus de dix points d'avance sur son rival RPR Jacques Chirac. Le 24 avril 1988, le verdict du premier tour tombe, conforme aux pronostics : 34,1% pour Mitterrand, 19,9% pour Chirac. Puis, quinze jours plus tard, une deuxième victoire pour le socialiste.

En 2002. Les enquêtes d'opinion de la Sofres donnent Jacques Chirac et Lionel Jospin au coude à coude au premier tour, de novembre 2001 à avril 2002. Mais à chaque fois, le président sortant devance son Premier ministre de quelques points. Le 21 avril 2002, Jacques Chirac remporte 19,9% des suffrages, Lionel Jospin n'obtient que 16,2% et n'est pas qualifié pour le second tour.

• Au second tour, Hollande toujours loin devant

De plus, si les courbes se croisent dans les sondages au premier tour, selon l'enquête de l'Ifop parue mardi, François Hollande l'emporterait en revanche toujours nettement au second tour. Il y est crédité de 54,5% d'intentions de vote contre 45,5% à Nicolas Sarkozy. Et l'avance est encore plus large selon l'étude de la TNS Sofres. Au second tour, le candidat socialiste gagne un point avec 58% des intentions de vote, contre 42% (-1) pour Nicolas Sarkozy.

 

(1) Ce sondage a été réalisé du 11 mars 18 heures au 12 mars, sur un échantillon de 1 638 personnes inscrites sur les listes électorales et extrait d’un échantillon de 1 692 personnes, représentatif de la population française, âgée de 18 ans et plus.

(2) Ce sondage a été réalisé par téléphone le 12 mars auprès d'un échantillon de 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.