Grand débat : les nationalistes corses boycottent le rendez-vous

En direct de Cozzano (Corse-du-Sud), la journaliste Anne Bourse fait le point avant la visite d'Emmanuel Macron auprès des élus locaux.

FRANCE 3

Les responsables nationalistes qui dirigent la région Corse ont clairement fait le choix du boycott jeudi 4 avril pour la venue d'Emmanuel Macron. "Il n'a pas choisi le plus simple pour terminer ce tour de France", analyse la journaliste Anne Bourse, en direct de Cozzano en Corse-du-Sud. "Ce dernier grand débat a lieu sous haute sécurité ici à Cozzano, village à 700 mètres d'altitude de moins de 300 habitants. À l'Élysée, on répond que c'est un débat comme les autres, environ 160 élus sont attendus ici. Le président répondra à toutes les questions, ses proches le disent serein", détaille la journaliste.

Des relations tendues

"Mais depuis la visite du président en Corse il y a un peu plus d'un an, les relations se sont tendues avec les élus nationalistes. À tel point que les deux principaux dirigeants, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, ne sont pas là. Les points de désaccord sont toujours les mêmes : la coofficialité de la langue corse, l'autonomie ou le retour des prisonniers. La tension est encore montée d'un cran ces derniers jours avec toute une série d'explosions ou tentatives d'attentats", précise-t-elle. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron au côté du président de l\'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni (au centre) et du président du Conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni (à gauche), lors d\'une précédente visite en Corse, le 6 février 2018 à Ajaccio (Corse-du-Sud).
Emmanuel Macron au côté du président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni (au centre) et du président du Conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni (à gauche), lors d'une précédente visite en Corse, le 6 février 2018 à Ajaccio (Corse-du-Sud). (LUDOVIC MARIN / AFP)