Cet article date de plus d'onze ans.

Bordeaux 2009: "un millésime d'exception"

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La vigne de St-Christophe-des-Bardes, Bordeaux (2009) (© AFP Jean-Pierre Muller)
Les viticulteurs du Bordelais attendent un "millésime d'exception" grâce à des conditions climatiques exceptionnelles

Le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux, Alain Vironneau a le sourire: "Depuis 30 ans que je suis dans la viticulture je n'ai jamais connu un millésime pareil".

La climatologie s'est révélée idéale pour tous les vins. Et si le début de la récolte a été précoce, les vendanges se sont prolongées tardivement grâce au Soleil.

A la mi-octobre, des coups de sécateurs étaient encore donnés dans les derniers rangs de vignes. "Les conditions climatiques de cette année ont été particulièrement favorables au cycle végétatif de la vigne et à la maturation du raisin. Les mois de juillet et août ont connu des températures élevées et un ensoleillement généreux", dit-il. Ce beau temps s'est poursuivi en septembre, avec alternance de nuits fraîches et de journées chaudes propice à la concentration des arômes et à l'accumulation des anthocyanes (pigments)", résume le point technique du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux.

A point nommé

"La vendange est dans les cuves, il va falloir prendre le temps de l'élevage. Les vins sont riches en tout. Il faut bien gérer ce millésime", souligne-t-il. Si la qualité est assurée, le volume de la récolte encore imprécis devrait être celui d'une année moyenne, aux alentours de 5,6 millions d'hectolitres, selon les prévisions de la
Fédération des grands vins de Bordeaux (FGV).

Reste que la crise viticole de ces dernières années et la crise économique ont rudement frappé le vignoble bordelais et que pour le président du CIVB, 2009 "c'est le millésime qui arrive à point nommé dans une situation économique dégradée".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.