Areva, l'extrême droite et le "mâle blanc"

L'extrême droite prend pour cible Anne Lauvergeon, pour avoir prôné que les embauches ne se limitent pas au "mâle blanc"

Anne Lauvergeon
Anne Lauvergeon (© France 3)
L'extrême droite prend pour cible Anne Lauvergeon, pour avoir prôné que les embauches ne se limitent pas au "mâle blanc"L'extrême droite prend pour cible Anne Lauvergeon, pour avoir prôné que les embauches ne se limitent pas au "mâle blanc"

"A compétences égales, eh bien désolée, on choisira la femme ou on choisira la personne venant de... autre chose que le mâle blanc, pour être clair", a déclaré la présidente d'Areva dans un reportage diffusé par France 2.

Bloc Identitaire, un groupuscule qui revendique 2.000 adhérents, entend déposer plainte à la suite de ces propos.

Pour Areva, il s'agit d'un "procès d'intention"


Anne Lauvergeon s'exprimait en marge du Women's forum, qui rassemblait la semaine dernière à Deauville (Calvados) des dirigeantes d'entreprise.

Fabrice Robert, le président du Bloc Identitaire, qui dénonce des "propos anti-blanc" affirme que cette déclaration "jette un trouble sur toutes les embauches faites par Areva" et il assure avoir porté plainte.

La fronde a été rejointe par le Parti de la France, fondé par l'ancien cadre du Front national, Carl Lang.
Des sites d'extrême droite incitent les militants à protester auprès du groupe nucléaire, dont ils fournissent les coordonnées téléphoniques, ainsi que les adresses e-mail de plusieurs dirigeants.

80% des salariés d'Areva sont des hommes

"C'est un procès d'intention. La politique de la maison, c'est au contraire de faire en sorte que l'entreprise reflète la diversité de la société", s'est indigné le porte-parole d'Areva, Jacques-Emmanuel Saulnier, joint par l'AFP.
Ce dernier a justifié la position de Mme Lauvergeon en faisant valoir que 80% des salariés d'Areva étaient masculins.

Sur son site, le groupe diffuse la déclaration sur le sujet de sa présidente, dénonçant des "propos tronqués sur France 2".
"Nous venons d'un monde qui était profondément masculin. Si nous voulons une vraie diversité - diversité homme/femme, diversité culturelle, diversité d'origines - à un moment donné il faut effectivement des actes positifs, pas des actes positifs gadgets, parce que je trouve cela humiliant. Il faut des compétences mais à compétences égales, on choisira autre chose que le mâle blanc", indique Mme Lauvergeon, selon le texte d'Areva.