A Lille, Jean-Luc Mélenchon met en garde les socialistes

Fort de 13% dans les sondages, le leader du Front de gauche a épinglé les propos de Jérôme Cahuzac, député proche de François Hollande, lors d'un nouveau meeting.

Le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, en meeting à Lille, le 27 mars 2012. 
Le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, en meeting à Lille, le 27 mars 2012.  (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Le ton monte entre Jean-Luc Mélenchon et les socialistes. Le candidat du Front de gauche a qualifié Jérôme Cahuzac de "gros menteur", mardi 27 mars à Lille,. Les raisons de la colère ? Jean-Luc Mélenchon a pu goûté les déclarations du monsieur finance du candidat socialiste. Le député PS a évoqué dans la journée un accord entre les deux formations de gauche "pour que leurs candidats aient quelques circonscriptions avec quelque espérance de gains"

"Il rabaisse notre ambition, notre ambition ce n'est pas les sièges, c'est la révolution citoyenne", a rétorqué Jean-Luc Mélenchon lors de son meeting à Lille, après avoir rebaptisé Jérôme Cahuzac lors d'une conférence de presse. "Ne commencez pas à nous chercher, soyez poli avec nous, soyez respectueux avec la masse du Front de gauche, elle n'est pas à vendre", a-t-il encore prévenu, à l'adresse des responsables socialistes.

"Jérôme Cahuzac dit : le programme [de François Hollande] est à prendre ou à laisser. Très bien, on laisse", a ajouté le candidat du Front de gauche sous les applaudissements du public. Référence à d'autres propos de Jérôme Cahuzac. Sur Public Sénat, ce dernier a en effet prévenu : si François Hollande est au second tour, son programme ne sera pas négociable. Et ce malgré la montée du leader du Front de gauche dans les sondages