Cet article date de plus de six ans.

La Palme d'or pour Ken Loach, le Grand Prix pour Xavier Dolan : le palmarès du 69e festival de Cannes

Le jury a aussi récompensé trois Français. Entre autres.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Xavier Dolan, Ken Loach et Jaclyn Jose, le 22 mai 2016 lors de la cérémonie de clôture du 69e festival de Cannes. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Le rideau est tombé sur le 69e festival de Cannes, dimanche 22 mai. Le jury, présidé par le cinéaste australien George Miller, a rendu son verdict. La compétition était très ouverte et le palmarès a réservé quelques surprises.

Une deuxième Palme d'or pour Ken Loach

La Palme d'or a été attribuée à Ken Koach pour Moi, Daniel Blake, un film qui suit sur le parcours kafkaïen d'un chômeur contraint de demander l'aide sociale. En recevant son prix, le toujours très engagé Ken Loach en a profité pour dénoncer les idées "néo-libérales" qui "risquent de nous mener à la catastrophe". "Il faut dire qu'un autre monde est possible et même nécessaire", a-t-il encore lancé, en français et en anglais, après avoir mis en garde contre le retour de l'extrême droite.

  (VALERY HACHE / AFP)

A 79 ans, le cinéaste britannique est un habitué de la Croisette. Il y a déjà été primé à six reprises. Il fait même partie du cercle très fermé des réalisateurs doublement palmé. Il avait reçu la Palme d'or en 2006 pour Le Vent se lève.

Le Grand Prix pour Xavier Dolan, enfant chéri de Cannes

Le Grand prix a été décerné à Xavier Dolan pour Juste la fin du monde, le sixième long métrage du jeune prodige canadien de 27 ans, choyé à Cannes mais diversement accueilli cette année. "Je tournerai toute ma vie des films, aimé ou non", a-t-il lancé avant de citer l'écrivain Anatole France : "Je préfère la folie des passions à la sagesse de l'indifférence." 

Le cinéaste canadien Xavier Dolan lors de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes, le 22 mai 2016. (VALERY HACHE / AFP)

Son huis clos familial survolté est tiré d'une pièce de l'auteur français Jean-Luc Lagarce, mort du sida en 1995. Il est aussi doté d'un casting haut de gamme, avec Gaspard Ulliel, Vincent Cassel et Marion Cotillard. "Tout ce qu'on fait dans la vie on le fait pour être aimé, pour être accepté", a déclaré en larmes le réalisateur en recevant son prix. 

Et de trois Prix du Jury pour Andrea Arnold

A 55 ans, la réalisatrice britannique Andrea Arnold a remporté le Prix de Jury pour son premier film tourné aux Etats-Unis, American Honey. Un prix que cette familière du festival avait déjà reçu pour Red Road en 2006 et Fish Tank en 2009. Son American Honey est une plongée dans l'Amérique profonde en compagnie d'une bande de jeunes déclassés qui parcourt le Midwest en bus pour vendre des abonnements à des magazines.Une étude sociologique qui se double d'une histoire d'amour.

Et trois Français à l'honneur 

Le comédien Jean-Pierre Léaud, incarnation de la Nouvelle Vague, a reçu une Palme d'or d'honneur. Le public a réservé une ovation debout à celui qui était venu à Cannes pour la première fois à l'âge de 14 ans. "Je suis né à Cannes en 1959" lors de la présentation des 400 Coups de François Truffaut, s'est remémoré l'acteur de 72 ans, avec émotion.  Il a incarné le personnage mythique d'Antoine Doinel dans plusieurs films de François Truffaut et a tourné avec Jean-Luc Godard, Jean Eustache ou Bernardo Bertolucci.

Le réalisateur Olivier Assayas a décroché le Prix de la mise en scène pour Personal Shopper, un film de fantômes dans lequel il dirige Kristen Stewart. Le Français a reçu cette récompense ex-aequo avec un autre habité de Cannes, le Roumain Cristian Mungiu pour Baccalauréat.

La Franco-Marocaine Houda Benyamina a reçu la Caméra d'Or du premier film pour Divines, un film venu de banlieue parisienne et porté par des actrices. "Cannes, c'est aussi notre place à nous !", "Cannes est à nous, à nous les femmes !", a lancé la réalisatrice en recevant son prix. 

  (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Petite, "j'ai fait les ménages dans les avions avec ma mère, j'ai fait des boulots chiants... On n'a pas le droit d'être fatigués [quand on travaille dans] le cinéma !", a-t-elle ajouté, ponctuant son discours de remerciements de "putain", "merde", et de youyous. "Pour que les choses changent, il faut beaucoup de femmes décisionnaires", et dans les comités de sélection, a-t-elle plaidé, avant de lancer au délégué général de la Quinzaine des réalisateurs, Edouard Waintrop, "t'as du clito !"

Le palmarès complet :

• Palme d'or : Moi, Daniel Blake du Britannique Ken Loach.

• Grand Prix du jury : Juste la fin du monde du Québécois Xavier Dolan.

• Prix de la mise en scène : ex aequo Baccalauréat du Roumain Cristian Mungiu et Personal Shopper du Français Olivier Assayas.

• Prix du scénario : Le Client de l'Iranien Asghar Farhadi.

• Prix d'interprétation féminine : Jaclyn Jose pour Ma'Rosa du Philippin Brillante Mendoza.

• Prix du Jury : American Honey de la Britannique Andrea Arnold.

• Prix d'interprétation masculine : Shahab Hosseini pour Le Client de l'Iranien Asghar Farhadi.

• Caméra d'Or du premier film : Divines de la Franco-Marocaine Houda Benyamina.

• Prix du meilleur court métrage : Timecode de l'Espagnol Juanjo Gimenez.

• Palme d'honneur : l'acteur français Jean-Pierre Léaud.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festival de Cannes 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.