Attaque au Louvre : il est encore impossible de savoir si le suspect a "agi seul, spontanément, ou sur instruction", annonce François Molins

Le suspect a été identifié grâce à son téléphone portable, selon les informations de France 2.

Ce qu'il faut savoir

L'identité de l'homme qui a attaqué des militaires à la machette dans le Carrousel du Louvre n'est pas "formellement établie", a annoncé le procureur de la République François Molins, vendredi 3 février. Il a également précisé qu'il est encore impossible de savoir si le suspect a "agi seul, spontanément, ou sur instruction". Il s'agirait d'un Egyptien de 29 ans inconnu des services de police et arrivé en France fin janvier, selon les informations de France 2.

Suivez l'évolution de l'enquête dans notre direct.

 L'intervention d'une patrouille de militaires au Carrousel du Louvre a mis fin à une "action terroriste" et conduit à "l'interpellation de son auteur dont tout indique qu'il était très déterminé", a déclaré le procureur de la République de Paris.

Le pronostic vital de l'assaillant, qui portait une machette militaire dans chaque main, est "très engagé".

Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête sur cette attaque, mais le porte-parole du ministère de l'Intérieur a appelé à la "prudence" sur les motivations de l'assaillant, dont l'identité est inconnue. 

 "Le caractère terroriste ne fait guère de doute", a affirmé François Hollande, en visite à Malte. "L'événement a été totalement maîtrisé. Mais la menace est là, elle demeure, et nous devons y faire face", a-t-il ajouté.

Un des militaires a été légèrement blessé au cuir chevelu. Il se trouvait en compagnie de trois autres militaires. Ses collègues ont tiré cinq fois, blessant l'agresseur à l'abdomen.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #LOUVRE

23h47 : Après l'attaque survenue ce matin au Carrousel du Louvre, le compte Twitter officiel du musée a publié ce soir un message rendant hommage aux militaires de l'opération Sentinelle, dont l'un des membres a été blessé par un homme armé de machettes.

21h50 : L'application alerte attentat SAIP n'a pas été déclenchée par le ministère de l'Intérieur lors de l'attaque survenue au Carrousel du Louvre. Interrogé par 20minutes.fr, le ministère a indiqué qu'en "raison de la cinétique de l'événement, de la neutralisation instantanée de l'assaillant, du confinement immédiat des visiteurs ainsi que du bouclage du périmètre en surface, il n'a pas été jugé pertinent" d'activer cette application.

21h23 : Voici la conférence de presse de François Molins en intégralité.



(FRANCEINFO)

21h18 : J'ai fait quelques recherches, @ispenaro-ka, et sauf erreur de ma part, les machettes sont classées dans les armes de catégorie D. Ce type d'armes est en vente libre, à la seule condition d'être majeur. Leur transport, sauf exceptions, est toutefois puni jusqu'à 1 an de prison et 15 000 euros d'amende.

21h16 : comment un étranger non-européen peut-il, avec l'état d'urgence, acheter une arme comme une machette ?

21h00 : La conférence de presse de François Molins est désormais terminée. Notons que le procureur de la République de Paris, qui a employé le terme "d'action terroriste", a précisé que l'identité de l'assaillant n'était pas encore "formellement établie", et que l'Egyptien de 29 ans n'est pour l'heure que "soupçonné".

21h00 : Il est pour l'heure impossible de savoir si le suspect de l'attaque du Carrousel du Louvre a "agi sur instruction" de l'étranger ou s'il a agi "seul et spontanément", annonce François Molins.

20h59 : "L'assaillant possédait un permis de résident aux Emirats arabes unis", précise François Molins.

20h54 : "Le 28 janvier, à 17h31, il a acheté deux machettes dans une armurerie située à proximité de la place de la Bastille, pour plus de 600 euros."

20h53 : "Le 30 octobre, cet homme a déposé une demande de visa depuis Dubaï. Le 26 janvier 2017, il est arrivé à Charles-de-Gaulle, en provenance de Dubaï. Il a emménagé pour une semaine, contre un loyer de 1 700 euros dans le 8e arrondissement."

20h52 : "Les recherches ont permis de cibler un individu de 29 ans, de nationalité égyptienne. (...) Il n'est pas connu du fichier des empreintes français."

20h52 : "L'auteur des faits n'était porteur d'aucun papier d'identité. Outre les machettes, de 40 cm chacune, les enquêteurs ont découvert un sac contenant des bonbonnes de peinture et un téléphone portable."

20h50 : Le militaire blessé s'est vu prescrire 10 jours d'interruption de travail, tandis que le pronostic vital de l'assaillant est "très engagé", indique François Molins.

20h49 : "Il a frappé à la tête un premier militaire qui le repoussait. Il s'est alors précipité sur un deuxième militaire, tombé au sol, qui le repoussait à coups de pieds. Celui-ci a tiré au niveau de l'abdomen, ce qui ne l'a pas arrêté."

20h49 : "Une enquête a été ouverte (...). Ce matin, vers 9h, 9h50, alors que 4 militaires de l'opération Sentinelle se trouvaient en patrouille dans une zone en amont des contrôles des sacs, un individu est arrivé avec une machette dans chaque main"

François Molins évoque l'attaque survenue ce matin dans le Carrousel du Louvre.

20h31 : François Molins doit prendre la parole d'un instant à l'autre pour évoquer les avancées de l'enquête après l'attaque de militaires au Carrousel du Louvre, ce matin. Suivez la conférence de presse en direct sur notre site.

19h17 : Les ministres de l'Intérieur, de la Défense et de la Culture se sont rendus au Carrousel du Louvre après l'attaque à la machette d'un militaire. Selon Jean-Yves Le Drian, le soldat agressé et transporté à l'hôpital va mieux, "il pourra réintégrer ce soir son unité". Le soldat blessé est originaire du 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers, dans l'Ariège.





(FRANCE TELEVISIONS)

18h41 : @anonyme et @Nini6454 Comme l'a indiqué ma collègue Catherine ce matin,l'attaque s'est produite près de l'extérieur, dans l'un des deux escaliers qui descendent du Carrousel vers l'entrée du Louvre, au niveau du petit Arc de Triomphe, comme vous pouvez le voir sur cette capture d'écran Google Maps. Il se situait donc en amont des contrôles de sécurité du musée.

18h40 : Comment un terroriste peut-il pénétrer dans le Carrousel du Louvre alors qu'il y a un contrôle des sacs doublé du portique détecteur de métal ? Des contrôles inefficaces ou du matériel défectueux. C'est extrêmement grave.

18h40 : Comment le suspect a-t-il pu rentrer au Carrousel du Louvre ? Pas de détecteur de métaux ?

17h44 : Le musée du Louvre rouvrira demain, a annoncé la ministre de la Culture Audrey Azoulay. Il a été fermé à la suite de l'attaque à la machette d'un homme contre des militaires en patrouille à l'entrée de la galerie du Carrousel.

18h01 : L'opération Sentinelle a permis d'empêcher "un acte dont le caractère terroriste ne fait guère de doute", selon François Hollande. Le chef de l'Etat s'exprimait devant la presse lors du sommet européen de Malte.




Attaque au Louvre : "un acte dont le caractère terroriste ne fait guère de doute" dit Hollande

17h35 : Selon LCI, ce suspect, ressortissant égyptien, est "âgé de 29 ans." "Des analyses ADN et d'empreintes digitales sont toujours en cours cet après-midi pour confirmer son identité", poursuit la chaîne.

17h31 : Le suspect de l'attaque au Carrousel du Louvre, inconnu des services de police, est un Egyptien arrivé en France fin janvier.

17h13 : "Le caporal a d'abord essayé de maîtriser l'agresseur, ça n'a pas été possible et quand l'agresseur est revenu en le blessant, il était indispensable d'ouvrir le feu."


Le ministre de la Défense a rencontré ce militaire blessé, un caporal chef, chef de la patrouille Sentinelle attaquée ce matin et pris en charge à l'hôpital militaire Percy, à Clamart. "Son moral est tout à fait déterminé", a-t-il ajouté.

17h06 : Le militaire qui a été blessé ce matin à l'entrée de la galerie du Carrousel au Louvre "va bien". Selon le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, il rejoindra "ce soir son unité" du 1er Régiment de chasseurs parachutistes.

16h44 : La perquisition en cours à Paris a lieu dans le VIIIe arrondissement de Paris, rue de Ponthieu, source proche de l'enquête, citée par l'AFP. Sur Twitter, des internautes confirment la présence de véhicules de police.

16h42 : Plusieurs perquisitions sont en cours, dont une à Paris, dans l'enquête sur l'attaque de militaires dans la matinée au Carrousel du Louvre, selon une information de BFMTV confirmée à franceinfo par une source proche du dossier.


16h41 : Devant la presse, le président français a rendu une nouvelle fois hommage au "courage" et à la "détermination" des militaires attaqués au Louvre.

16h40 : "La menace est là, elle demeure et nous devons y faire face."

En déplacement à Malte, François Hollande s'est exprimé sur l'attaque survenue ce matin, au Carrousel du Louvre, à Paris.

15h41 : L'attaque contre des militaires ce matin au Carrousel du Louvre, à Paris, soulève quelques questions sur l'opération Sentinelle. Afin d'y répondre, j'ai interrogé Bénédicte Chéron, universitaire spécialiste des relations entre l'armée, la société et les médias.

Des policiers montent la garde devant le Louvre, le 3 février 2017 à Paris, après une attaque contre des militaires de l\'opération Sentinelle.

(SERGE TENANI / CITIZENSIDE / AFP)

15h30 : BonjourAnonymescarabee. Oui, vous pouvez circuler en voiture (et même à pied), sur la rue de Rivoli. L'artère avait été fermée ce matin pendant l'intervention des forces de l'ordre après l'attaque de militaires au Carrousel du Louvre.

15h25 : La rue de Rivoli est-elle rouverte à la circulation svp ? Merci.

14h47 : Selon les informations d'un journaliste d'Europe 1, l'assaillant du Louvre était armé de deux grosses machettes. Son sac à dos contenait des bombes de peintures, écrit-il.

14h10 : Donald Trump, lui, ne s'embarrasse pas des résultats à venir de l'enquête en cours. "Un nouvel acte terroriste d'un islamiste radical vient de se produire au Louvre, à Paris. Les touristes ont été enfermés", tweete le président américain, alors que les motivations de l'assaillant ne sont pas encore connues.

13h59 : Bonjour @anonyme. Il ne s'agit pas d'hésitation, mais d'une prudence indispensable dès lors qu'il s'agit d'un sujet aussi sensible que le terrorisme. Ainsi, l'identité et les motivations de l'auteur restent encore à déterminer, ce qui nous interdit de tirer des conclusions hâtives. Toujours en appelant à la prudence et alors que le parquet antiterroriste était saisi de l'enquête, le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a déclaré qu'il s'agissait "visiblement" d'une "attaque à caractère terroriste".

14h09 : On peut savoir pourquoi vous hésitez autant à parler d'attaque terroriste ? Le type crie "Allah Akbar" et donne des coups de machette, ça devrait suffire...

13h46 : Depuis la vague d'attentats commis par Mohamed Merah en 2012, les militaires et les policiers français ont été régulièrement visés. Parmi ces attaques, des meurtres revendiqués par le groupe Etat islamique, mais aussi des agressions aux motivations plus douteuses. Franceinfo les a recensées.

Des policiers devant la pyramide du Louvre après l\'agression de militaires, le 3 février 2017.(CHRISTIAN HARTMANN / REUTERS)

13h43 : Notre journaliste Fabien Magnenou est aux abords du musée du Louvre. Il nous fait parvenir des photos des lieux, sécurisés par les forces de l'ordre après l'attaque de ce matin.



(FABIEN MAGNENOU / FRANCEINFO)

13h41 : De tout coeur avec nos militaires et policiers.

13h38 : Il ne faut pas oublier dans les felicitations tout le personnel du Louvre pour sa maitrise et son action vis a vis des visiteurs