Cet article date de plus de huit ans.

Enquêtes ouvertes après la blessure d'un jeune de 14 ans par un tir de Flash-Ball à Argenteuil

L'adolescent a été hospitalisé après avoir été touché par un projectile au niveau des testicules, dans la nuit du 13 au 14 juillet. Le Défenseur des droits s'est saisi des faits, en parallèle d'une enquête confiée à la police des polices.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un policier porte en bandoulière un Flash-Ball, le 24 novembre 2010, à Marseille (Bouches-du-Rhône). (PATRICE MAGNIEN / SIPA)

Un adolescent de 14 ans a été blessé par un tir de Flash-Ball, à Argenteuil (Val d'Oise), dans la nuit du 13 au 14 juillet. Le jeune homme a dû être hospitalisé après avoir été touché au niveau des testicules. Une enquête a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), et le Défenseur des droits a annoncé, vendredi, s'être "saisi d'office" des faits.

L'adolescent, qui a déposé plainte jeudi auprès de l'IGPN, explique qu'au moment des faits, il sortait de la mosquée d'Argenteuil et avait rejoint des amis pour s'amuser avec des pétards, vers 2 heures du matin. Il raconte, selon une source policière, que les policiers poursuivaient "un autre groupe de jeunes qui leur jetaient des mortiers", auquel il nie s'être mêléquand l'un des agents lui a tiré dessus.

Une enquête de l'IGPN pour identifier les policiers

Une enquête a été confiée par le parquet de Pontoise à l'IGPN, qui devrait rapidement procéder à l'identification et l'audition des fonctionnaires en intervention ce soir-là à Argenteuil.

De son côté, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a annoncé avoir lui aussi ouvert une enquête après s'être saisi des faits. Une décision prise "eu égard à la gravité apparente de la blessure, de l'intérêt supérieur de l'enfant, s'agissant d'un mineur âgé de 14 ans, et aux recommandations générales formulées par l'institution", a-t-il expliqué dans un communiqué, vendredi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.