Cet article date de plus de neuf ans.

Un homme se suicide dans la cathédrale Notre-Dame de Paris

L'essayiste d'extrême droite et anti mariage pour tous, Dominique Venner s'est donné la mort avec une arme à feu ce mardi à Notre-Dame. Agé de 78 ans, malade, il s'est suicidé devant l'autel vers 16h. Manuel Valls s'est rendu sur place. Marine Le Pen évoque "un geste éminemment politique". Dans la soirée une centaine de militants d'extrême droite s'est rassemblée sur le parvis. Un message expliquant son geste a été lu sur l'antenne de la radio où il travaillait.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Peu après 16h, Dominique Venner s'est suicidé dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il s'est donné la mort avec une arme à feu devant l'autel. La cathédrale a momentanément été évacuée. Dominique Venner était atteint d'une grave maladie.

La mairie de Paris estime que ce "n'est pas un geste politique ". C'est un acte "regrettable ", le débat politique ne peut pas aboutir "à des gestes d'une telle violente ", pour Bruno Julliard, adjoint de Bertrand Delanoë.

Un théoricien respecté par l'extrême
droite

Dans les années 50, Dominique Venner milite à Jeune
Nation, un mouvement fasciste et nostalgique du pétainisme. Il devient ensuite
membre de l'OAS et est emprisonné en 1961. "En prison, il comprend que l'extrême
droite est victime de son obsession du passé, des combats perdus et il théorise
une nouvelle façon de militer dans un petit opuscule intitulé Pour une critique
positive
", explique Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême droite.

Avec ce texte, le
militant propose de "rompre avec l'activisme débridé " selon Jean-Yves
Camus. "Il faut créer les conditions d'une action nouvelle, populaire et résolument
légale
", écrit notamment Dominique Venner.

Ses écrits inspirent la
Nouvelle droite, école de pensée des années 70 qui voulait réarmer
intellectuellement la droite et l'extrême droite. "Son aura allait au-delà
de l'extrême droite. Il était publié chez de grands éditeurs
", confie
Jean-Yves Camus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.