Noël : Gérald Darmanin demande aux préfets de renforcer la sécurisation des églises et des temples

Le ministre de l'Intérieur demande des dispositifs "dissuasifs" et à même de "rassurer les chrétiens".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militaires de l'opération Sentinelle en patrouille devant une église au nord de Paris, le 6 novembre 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Deux mois après l'attentat de la basilique de Nice, les lieux de culte chrétiens feront l'objet d'une attention particulière pour Noël. Dans un télégramme envoyé mercredi 23 décembre, Gérald Darmanin a demandé aux préfets de "renforcer significativement" leur surveillance jeudi et vendredi, notamment lors des offices.

"Merci d'assurer un maximum de mobilisation visible de nos forces de sécurité aux abords immédiats des églises et des temples dans cette période de risque élevé d'attentat", écrit le ministre de l'Intérieur dans ce message consulté par l'AFP, souhaitant des dispositifs "dissuasifs" et à même de "rassurer les chrétiens".

Les messes multipliées pour compenser la jauge

Le plan Vigipirate est à son niveau le plus élevé, dit "urgence attentat", depuis l'attaque terroriste qui a fait 3 morts à Nice. Une situation qui "exige une attention particulière devant les sites symboliques ou qui rassemblement de nombreuses personnes en cette période", estime Gérald Darmanin, qui invite les préfets à identifier "les sites plus sensibles".

Des militaires de l'opération Sentinelle "pourront utilement être mobilisées" en renfort des policiers et gendarmes, ajoute le ministre de l'Intérieur.

Depuis le 3 décembre, la jauge de 30 personnes pour participer aux cérémonies dans les lieux de culte a été supprimée mais deux sièges doivent rester libres entre chaque personne ou entité familiale et une rangée sur deux doit rester inoccupée. Pour satisfaire tous les fidèles, certaines paroisses ont décidé de démultiplier les messes ou de les dépayser exceptionnellement dans des salles polyvalentes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.