Attentats du 13 novembre 2015 : le témoignage bouleversant du patron de La Belle Équipe

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Attentats du 13 novembre 2015 : le témoignage bouleversant du patron de La Belle Équipe
FRANCE 2
Article rédigé par
N. Tabouri, C.-M. Denis, L. Calvy, D.-A. Sayada, K. Annette - France 2
France Télévisions

À quelques jours de l’ouverture du procès des attentats du 13 novembre 2015, une équipe de France 2 a recueilli le témoignage bouleversant du patron de La Belle Équipe, un café parisien où 20 personnes ont été tuées.

Le 13 novembre 2015, la vie du patron du café La Belle Équipe a basculé dans l’obscurité. C’était il y a six ans, mais Grégory Reibenberg a choisi la lumière, la vie. Là, on est devant Les Rêveuses. C’est notre dernier bébé, ouvert le 15 octobre 2020”, explique celui qui est aussi l’auteur d’Une Belle Équipe. Un peu cabossé par les événements du 13 novembre 2015, il a continué à avancer malgré tout. Depuis, les attentats, il a ouvert plusieurs établissements et il a tenu à garder La Belle Équipe son café-restaurant où 20 personnes sont mortes.

Il a côtoyé la mort, son monde s’est effondré

La Belle Équipe, c’est une victime pour la vie (...), La Belle Équipe elle a sa blessure, mais ça ne l’empêche pas de sourire, de vivre et d’avancer et d'être bien. C’est un endroit où l’on passe de bons moments", précise-t-il. Aujourd’hui, la vie y règne. Seule évocation du drame, une fresque en verre, sur laquelle les prénoms des victimes sont entrelacés. Le soir des attentats, il fêtait en terrasse l’anniversaire d’une amie qui est morte. Il a également perdu son associé et sa Djamila, sa compagne et mère de sa fille. Ce soir-là, il a côtoyé la mort, son monde s’est effondré, mais il n’a eu d’autre choix que d’avancer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.