Cet article date de plus de cinq ans.

Attentats de Paris : les Restos du cœur suspendent leurs distributions de repas chauds dans la capitale

Ces distributions entraînent des rassemblements, interdits dans la capitale depuis les attentats.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Distribution de repas chauds des Restos du cœur le 26 novembre 2013, place de la République à Paris.  (PIERRE ANDRIEU / AFP)

Les camions vont devoir rester au garage, obligeant les plus démunis à trouver des solutions de replis pour manger à leur faim. Les Restos du cœur ont en effet suspendu temporairement l'activité de leurs camions parisiens, la distribution de repas chauds dans la rue entraînant des rassemblements, interdits dans la capitale depuis les attentats, a annoncé l'association sur son site internet, mercredi 18 novembre.

"Dans le cadre de l'état d'urgence, une mesure préfectorale provisoire a été mise en place", rappelle l'association lancée par Coluche. "Celle-ci nous oblige à suspendre temporairement les activités impliquant des rassemblements dans l'espace public, c'est le cas notamment des Camions de Paris", poursuit-elle. 

En temps normal, des camions Restos du cœur distribuent quotidiennement des repas chauds à partir de 20h (19h30 le dimanche) dans divers endroits de la capitale selon les jours, comme aux Invalides (7e) ou à République le jeudi.

Maraudes et points chauds maintenus

Toutes les activités de l'association ne sont pas suspendues pour autant. "Sans contre-indication des autorités compétentes, toutes les autres activités des Restos, y compris celles venant en aide aux gens de la rue, sont, quant à elles, poursuivies (centres d'activités, maraudes, points chauds...)", précisent les Restos du coeur. "Dès que les consignes préfectorales auront évolué, nous reprendrons le plus vite possible l'intégralité de nos actions d'aide envers les plus démunis", assurent-ils.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 13-Novembre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.