Cet article date de plus de quatre ans.

Seine-Saint-Denis : le policier filmé en train de frapper un homme à terre a été suspendu

Une vidéo, diffusée sur les réseaux sociaux, montre un policier assénant des coups de pied dans la tête d'un homme à terre, alors qu'un autre policier se tient à côté de lui sans intervenir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie après la diffusion d'une vidéo montrant des policiers frappant un homme à terre aux Lilas (Seine-Saint-Denis). (GOOGLE MAPS)

Le policier filmé en train de frapper un homme à terre aux Lilas (Seine-Saint-Denis), dans la nuit de vendredi à samedi, a été suspendu, a annoncé le ministère de l'Intérieur, mercredi 31 mai. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie.

Dans cette vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, un policier frappe à la tête, à coups de pied, un homme à terre. A ses côtés se tient un autre policier qui n'intervient pas. Après enquête auprès de la hiérarchie des fonctionnaires, la préfecture de police en a référé au parquet de Bobigny, qui a saisi l'IGPN.

Une réaction "pas proportionnée"

"Il s'agit d'une équipe de nuit du commissariat des Lilas, confirme à l'AFP une source policière. La victime n'a pas encore été identifiée." Un homme se présentant comme la victime a expliqué à L'Obs avoir été frappé lors d'un contrôle d'identité alors qu'il ne cherchait pas à s'y soustraire. Il raconte qu'après avoir été pris en charge par les pompiers et examiné à l'hôpital, deux policiers qu'il n'avait jamais vus l'attendaient et l'ont emmené au commissariat du 20e arrondissement, où il a été retenu jusqu'au lendemain en fin d'après-midi.

Selon une source policière, la victime, qui n'avait pas été identifiée mercredi en milieu de journée, avait probablement bu et a provoqué les policiers en urinant sur leur véhicule et en leur crachant dessus. "Il y a eu des faits avant", mais il n'en reste pas moins que la réaction du policier n'est "pas proportionnée", a commenté cette source.

Le fonctionnaire doit être auditionné prochainement par l'IGPN dans le cadre de l'enquête judiciaire ouverte par le parquet de Bobigny.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Police

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.