"On n’a jamais été autant sollicités et jamais autant agressés" : les violences contre les pompiers de Paris ont augmenté de 60% en 2018

Il y a eu 300 agressions de pompiers l'an passé à Paris. Cela va de l'insulte à la violence physique.

Les pompiers de Paris dénoncent \"pratiquement une agression par jour\" (photo d\'illustration).
Les pompiers de Paris dénoncent "pratiquement une agression par jour" (photo d'illustration). (NATHANAEL CHARBONNIER / FRANCE-INFO)

L'activité des pompiers de Paris a fortement augmenté en 2018, comme en témoignent les chiffres révélés lundi 4 février : 17% d'appels d'urgence en plus et 4% d'interventions en plus par rapport à 2017. Chaque jour, ces femmes et ces hommes effectuent près de 1 500 interventions à Paris et dans la petite couronne. Un autre chiffre inquiète : le nombre d'agressions envers les pompiers a augmenté de 60%.

Le reportage de Mathilde Lemaire
--'--
--'--

Ces évolutions sont perceptibles dès le centre d'appels d'urgence qui recueille tous les appels du 17, du 18 et du 112 à la caserne Champerret. Ici, pas de sonnerie de téléphone. Cela serait trop anxiogène. Les appels sont signalés par des voyants clignotants. 7 500 appels arrivent chaque jour dans cette grande salle. Quasiment en permanence, micro-casque sur les oreilles, une cinquantaine d'opérateurs sont face à leurs écrans. Ils sont policiers et pompiers. Leur devise est affichée au mur : altruisme, efficience et discrétion.

Appels abusifs

Comment expliquer la hausse importante en 2018 des appels aux services de secours et des interventions de pompiers ? Il y a eu les inondations en janvier, la Coupe du monde de foot et ses excès en juillet, le mouvement des "gilets jaunes" en fin d'année. Et puis il y a l'augmentation et le vieillissement de la population.

Dans ce contexte, les pompiers déplorent plus que jamais les appels abusifs, ces personnes qui composent le 18, le 17 ou le 112 pour un mal de gorge, un chat blessé, une fuite d'eau, une coupure de courant ou même un remplissage de piscine. "Les gens vont jusqu'à parfois mentir au téléphone, raconte le caporal Alexis. Le plus courant, ce sont des gens qui simulent un malaise dans une cabine d'ascenseur, des gens qui disent qu'ils ont oublié une casserole sur le gaz alors qu'ils ont simplement claqué la porte et ils veulent éviter l'intervention d'un serrurier. Cela nécessite des camions, ça monopolise des hommes. Pendant ce temps-là, ils ne sont pas sur des interventions qui sont justifiées. Cela nous prend énormément d'énergie."

Le risque c'est d'être moins efficace et moins lucide sur le prochain appel qui peut être un arrêt cardiaque ou un feu.Le caporal Alexisà franceinfo

L'autre fléau avec lequel doivent composer les pompiers, c'est la violence. Il y a eu 300 agressions l'an passé, c'est 60% de plus qu'en 2017. "C'est paradoxal : on n'a jamais été autant sollicités et jamais autant agressés, alors que notre mission c'est de sauver des vies, constate le capitaine Valérian Fuet. On a du mal à comprendre des agressions qui vont commencer par téléphone, des insultes et cela peut aller jusqu'à la violence physique avec pratiquement une agression par jour. C'est énorme. Malheureusement, l'année dernière on a perdu le caporal Henri, qui s'est fait poignarder pendant une intervention de secours à victime. Il y a aussi le caillassage de camions, sur des manifestations, lors d'interventions, quel que soit le quartier."

En un peu plus d'un an, les pompiers de Paris ont perdu quatre camarades. Les deux derniers, c'était lors de l'explosion au gaz de la rue de Trévise à Paris le 12 janvier 2019.