Cet article date de plus de six ans.

"On a vu le camion foncer dans les gens. On les a vus tomber comme des quilles…"

Un camion a foncé jeudi soir dans la foule sur la Promenade des Anglais à Nice peu après le feu d'artifice du 14 Juillet. Le bilan de cette attaque sanglante, dont le "caractère terroriste ne peut être nié" a dit François Hollande, est d'au moins 84 morts.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Devant le Negresco, à Nice, dans la nuit de jeudi à vendredi. © MaxPPP)

 "Il y a un semi-remorque qui est passé sur la Promenade et qui a écrasé tout le monde. Ils se sont arrêtés plusieurs fois et ils ont tiré. Et après ça ils ont encore écrasé des gens en face du Palais de la Méditerranée " raconte* Jacques, le patron du restaurant Le Queenie, situé juste à côté du Palais de la Méditerranée.*

"On a vus le camion foncer dans les gens. On les a vus tomber comme des quilles…"
écouter

"Il s'est arrêté juste avant la route du Congrès et les policiers ont commencé à tirer.  Des balles ont commencé à siffler. On est allé se cacher. Puis tout au long de la Promenade, je n'ai vu que des morts" explique un touriste clermontois. C'était horrible à voir. C'était quelque chose de monstrueux. Cela restera gravé à tout jamais dans le cœur."

"Tout au long de la Promenade, je n'ai vu que des morts"
écouter

"On s'est retrouvé nez à nez avec le camion. On s'est réfugié dans un restaurant. Tout le monde criait,  décrit de son côté Philippe. J'ai compris que c'était dangereux au moment où j'ai vu l'homme se retourner avec un pistolet et se mettre à tirer. Il tirait par la fenêtre..."

"J'ai compris que c'était dangereux au moment où j'ai vu l'homme se retourner avec un pistolet et se mettre à tirer"
écouter

"Il est allé sur la route et il a écrasé les gens … tous les gens sur 100 mètres , témoigne un vendeur de la Promenade. Je regarde le camion, il conduit d’une main, il sort une autre main de la fenêtre et il tire sur les passants […] Je vois le tueur à deux mètres, il est fin de visage, peut-être 35 ans, il ne m’a pas semblé très vieux ."

"Il conduit d'une main, il sort une autre main de la fenêtre et tire sur les passants. Je vois le tueur à deux mètres, il est fin de visage, peut être 35 ans"
écouter

"J'ai vu des gens qui couraient partout, qui criaient, il y en a qui pleuraient, qui cherchaient leur mari, qui cherchaient leurs enfants… une horreur" , décrit Mégane, une serveuse qui travaillait sur la Promenade des Anglais. 

"Des gens criaient, il y en a qui pleuraient, qui cherchaient leurs maris, leurs enfants... une horreur"
écouter

"Je vois soudainement une immense vague de personnes qui courent vers nous [...] Je croise un officier de police, je lui demande ce qu'il se passe, il me répond "on ne sais pas exactement, mais courez, courez, surtout ne vous arrêtez pas" ." se rappelle Paul. 

"Je croise un officier de police, je lui demande ce qu'il se passe, il me répond "on ne sais pas exactement, mais courez, courez, surtout ne vous arrêtez pas".
écouter

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.