Toulouse : un violent incendie ravage un immeuble près de la gare Matabiau, 22 blessés dont un en urgence absolue

Les pompiers ont été alertés à 2h40 jeudi. Le feu s'est déclaré dans un petit immeuble de quatre étages, mitoyen de l'ancien hôtel Régina en face de la gare Matabiau. Le plan "nombreuses victimes" a été déclenché, rapportent nos confrères de France Bleu Occitanie.

Les pompiers doivent utiliser la grande échelle pour lutter contre les flammes.
Les pompiers doivent utiliser la grande échelle pour lutter contre les flammes. (JOCELYNE JEAN / FRANCE-BLEU PARIS)

Un violent incendie s'est déclaré vers 2h40 du matin jeudi 10 janvier dans un immeuble de 4 étages, dans le quartier de la gare Matabiau, à Toulouse (Haute-Garonne), rapporte France Bleu Occitanie. Le dernier bilan fait état d'un blessé en urgence absolue et 21 blessés légers, dont deux pompiers. Selon le préfet de Haute-Garonne, "72 personnes sont impliquées dans cet incendie mais il n'y a pas de pronostic vital engagé". Le plan "nombreuses victimes" a été déclenché, il est coordonné par la préfecture. 90 pompiers sont sur place.

Un immeuble "ancien" mais pas en péril

Les pompiers ont été alertés à 2h40 jeudi. Le feu s'est déclaré au 73 de la rue Bayard, dans un petit immeuble de quatre étages, mitoyen de l'ancien hôtel Régina en face de la gare Matabiau, un immeuble du début des années 1900. 

L\'hôtel Bristol, mitoyen de l\'immeuble en flammes, a été évacué par précaution. 
L'hôtel Bristol, mitoyen de l'immeuble en flammes, a été évacué par précaution.  (JOCELYNE JEAN / FRANCE-BLEU PARIS)

Les escaliers intérieurs de l'immeuble se sont effondrés, les pompiers ont du mal à progresser. Ils doivent utiliser la grande échelle pour lutter contre les flammes. Les habitants de cet immeuble, des familles avec leurs enfants, ont été rapidement évacués dans une salle de l'hôtel Ibis juste à côté.

L'hôtel mitoyen évacué par précaution

L'hôtel Bristol, mitoyen de l'immeuble en flammes, a été évacué par précaution. Une soixantaine de personnes doivent être hébergées pour la fin de la nuit à la piscine Léo Lagrange, proche du quartier de la gare.

Des habitants de l'immeuble, amers, ont décrit des conditions assez précaires d'habitation dans cet immeuble, à l'image de cet homme, interrogé par France Bleu Occitanie : "Depuis une heure, les flammes lèchent notre toit. Les étincelles vrillent dans le ciel. Moi je paye 900 euros pour un quatre pièces là-dedans, un appartement farci de blattes, à l’électricité défectueuse, c’est vraiment la cour des miracles."

Selon un autre habitant de l'immeuble, l'incendie est "tout sauf une surprise" puisque c'est "un immeuble de pauvres, décrépi". Cet habitant précise également que cet immeuble "sent l'urine" et que "tout est laissé en vrac". Par ailleurs, ajoute-t-il, "tous les experts nous le disent, il y a des marques noires sur les ampoules et les canalisations chauffent".

Cette version des faits est contrebalancée par Jean Baptiste de Scorail, maire de quartier et élu de permanence la nuit du drame : "Cet immeuble était conforme. Il n'y avait aucun arrêté de péril imminent." De plus, le bâtiment "était certes ancien, mais n'était pas en péril", a affirmé Etienne Guyot, le préfet de Haute-Garonne.

Tout le quartier de la gare Matabiau est bouclé pour permettre l'intervention des pompiers.