Risques d'incendies : les massifs forestiers sous surveillance

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Risques d'incendies : les massifs forestiers sous surveillance -
Risques d'incendies : les massifs forestiers sous surveillance Risques d'incendies : les massifs forestiers sous surveillance - (France 3)
Article rédigé par France 3 - J.-C. Batteria, T. Maillet, L. Pekez, France 3 Régions, J. Cordier
France Télévisions
France 3
Dans le Gard et le Var, face aux risques d'incendies, les massifs forestiers sont surveillés de prêt. Le massif de l'Estérel est placé en alerte rouge incendie au moins jusqu'au lundi 31 juillet.

Sur les rives du Gard, les sapeurs-pompiers patrouilleurs se relaient sans cesse. Le département est en alerte incendie. Si le véhicule tout-terrain utilisé par les patrouilleurs dispose de 700 litres d'eau en cas de départ de feu, ce n'est pas son unique mission. En effet, les patrouilleurs distribuent des flyers afin de faire de la prévention contre les risques d'incendie. En cas d'alerte, tout se joue dans les premières minutes. Alors, les 180 pompiers du département n'attendent pas à la caserne. Ils sont postés en 10 brigades sur le terrain, en des points stratégiques.

Un dispositif maintenu jour et nuit 

Actuellement, en appui, le Gard dispose de deux hélicoptères prêts à décoller. Le dispositif est maintenu jour et nuit. Autre genre de patrouille, toujours dans le Gard : à la nuit tombée, les élus de petits villages qui ont connu des incendies inexpliqués organisent des rondes de nuit. Dans le Var, la terre et la végétation sont sèches, les températures élevées et les vents soutenus. Le massif de l'Estérel (Var), le troisième plus grand massif forestier de France, est placé en alerte rouge incendie. Les agents de l'Office national des forêts, comme les pompiers, surveillent. Sur ordre préfectoral, l'accès au massif est interdit. Les promeneurs se montrent compréhensifs. Pour le Var, l'alerte maximum est maintenue par Météo France au moins jusqu'au lundi 31 juillet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.