Reportage Incendies en Grêce : au centre de gestion européen des incendies en Europe du Sud, les pompiers roumains et français épaulent leurs collègues grecs

Face aux incendies, l'Union européenne agit notamment en pré-positionnant plusieurs centaines de pompiers dans les pays à risque. Ainsi, à Athènes, des soldats du feu français prennent la relève de leurs homologues roumains pour prêter main-forte aux pompiers grecs.
Article rédigé par France Info - Jean-Jacques Héry
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Des pompiers luttent contre le feu à Volos, en Grèce, le 27 juillet 2023. (TATIANA BOLARI / EUROKINISSI)

Chaque été plus puissants et plus dangereux, les incendies se multiplient sur le territoire européen. Face à cette menace grandissante, l'Union européenne agit et organise une entraide, essentiellement par deux moyens : d'abord en pré-positionnant plusieurs centaines de pompiers dans les pays à fort risque d'incendie (France, Portugal et Grèce) et par le déploiement d'urgence de renforts matériels et humains mutualisés dès qu'un État en fait la demande.

Ce double visage de la solidarité européenne est actuellement visible en Grèce, durement touchée par les incendies ces dernières semaines, après avoir été confrontée à la plus longue vague de chaleur de son histoire, comme on a pu le voir sur l'île de Rhodes.

Quarante pompiers roumains détachés à Athènes

La première mesure européenne est l'envoi préventif en Grèce de pompiers étrangers afin de prêter main forte à leurs collègues grecs. Depuis le 1er juillet, un détachement de quarante pompiers roumains était ainsi basé à Nea Makri, près d'Athènes, au centre d'entraînement des soldats du feu grecs. À leurs côtés, ils ont lutté contre cinq incendies dans la région d'Athènes, explique leur responsable, Florin Kirea : "C’est beaucoup plus simple en Roumanie qu’ici, dit-il. Je crois que l’air est beaucoup plus sec ici..."

"J’ai toujours pensé que les pompiers formaient une grande famille donc c’est très important pour nous de travailler avec des pompiers de pays différents venus de toute l’Europe : on a toujours quelque chose à apprendre des autres pompiers."

Florin Kirea, pompier roumain

à franceinfo

Depuis mardi 1er aout, c'est un détachement français qui les remplace : vingt-cinq sapeurs sauveteurs tout juste arrivés de Corte, en Corse. Comme leurs prédécesseurs roumains, ils sont venus avec leur équipement : un véhicule de commandement tout terrain ainsi que quatre camions porteurs d'eau. Une expédition logistique de deux jours.

"Nous sommes partis de Corte vendredi dernier, à 5 heures du matin, raconte le capitaine Nicolas. Nous avons fait le transit routier en direction de Bastia où nous avons embarqué pour une traversée maritime en direction de Livourne. Nous avons ensuite traversé l'Italie pour rejoindre Ancône. Nous avons ensuite pris le bateau à Ancône pour rejoindre le port de Patras, en Grèce, avec des ferries-fret dans lesquels on met tous nos véhicules et nous avons fini la route hier, escortés par les policiers grecs."

Deux Air Tractor et des avions de la flotte RescEU 

Mais le pré-positionnement de pompiers sur place n'a pas suffi : dépassée par l'ampleur des incendies, la Grèce a réclamé le 18 juillet une assistance européenne par le biais du mécanisme de protection civile. Plusieurs avions de la flotte européenne d'urgence, la flotte RescEU, sont arrivés. Chypre a notamment fourni deux Air Tractor anti-incendie, des petits avions capables de larguer 3 000 litres d'eau.

"On est arrivés il y a onze jours, précise Landas, l’un des membres de l’équipage. On fait des patrouilles de trois heures deux fois par jour. Moi je suis observateur, je prends des photos, je gère les communications avec le sol, je détermine où effectuer les largages. On est intervenus sur trois feux !"

Les dépenses liées à la flotte RescEU sont évaluées à 23 millions d'euros pour l'Union européenne cette année. Face à la multiplication des incendies estivaux, la Commission négocie actuellement l'achat de nouveaux appareils.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.