Cet article date de plus d'un an.

Gard : le site de l'incendie dans les Cévennes maintenu sous surveillance

Le dispositif d'intervention déployé sur place, réduit samedi soir à 350 hommes, reste pour l'instant inchangé.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une forêt brûlée après un incendie près de Bessèges (Gard), le 8 juillet 2022. (SYLVAIN THOMAS / AFP)

L'heure est à l'optimisme prudent. La nuit a été très calme sur le site de l'incendie qui a ravagé 650 hectares depuis jeudi dans les Cévennes, dans le nord du Gard. Les pompiers poursuivent dimanche 10 juillet le traitement des lisières pour éviter toute reprise du feu.

"La nuit a été très calme. Le feu sur Bordezac est en très bonne voie de règlement. Mais sur un feu aussi important, il est encore trop tôt pour dire qu'il n'y aura plus de reprises, de points chauds", a expliqué le commandant Bernard Scotto, chargé de la communication des pompiers du Gard. Le dispositif d'intervention déployé sur place, réduit samedi soir à 350 hommes, reste pour l'instant inchangé. 

La météo reste toutefois en "risque sévère" sur le secteur, avec un vent entre 40 et 50 km/h et une température dépassant les 30 °C. "On reste donc très vigilant", a-t-il insisté.

Des "frappes chirurgicales" pour éviter les reprises de feu

"Notre priorité, c'est de traiter mètre par mètre toute la circonférence du feu, à la lisière entre ce qui a brûlé et ce qui n'a pas brûlé, c'est là que l'on peut avoir des départs de feu", a encore expliqué Bernard Scotto. 

"On craint également qu'au milieu des 650 hectares brûlés, il y ait encore des bosquets non brûlés qui s'enflamment et produisent des étincelles qui gagnent la zone verte. Il faut donc également les traiter rapidement", a ajouté l'officier. Pour ce faire, les pompiers disposent sur le site d'un hélicoptère bombardier d'eau pour opérer "des frappes chirurgicales" sur toutes les reprises de feu qui pourraient intervenir. En cas d'urgence, des moyens aériens nationaux seraient appelés en renfort.

Parti du hameau de Bordezac vers 17 heures jeudi, ce sinistre a mobilisé jusqu'à 950 hommes, mais n'a fait aucune victime.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.