Cet article date de plus de dix ans.

Fin de la prise d'otage à la prison de Toul, la victime libérée

La psychologue retenue depuis lundi en début de soirée par un détenu de la prison de Toul en Meurthe-et-Moselle, a été libérée peu avant 1h du matin. Il la retenait en otage à l'aide d'un objet contondant artisanal et demandait son transfert dans une autre prison. Il s'est finalement rendu. Un important dispositif policier avait été mis sur pied.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Maxppp)

La prise d'otage a débuté peu après 18 heures au centre de détention de Toul, en Meurthe-et-Moselle, lundi soir. Selon Fadila Doukhi, responsable du syndicat FO Pénitentiaire, l'homme aurait d'abord demandé à parler à la direction de l'établissement.

"Il n'est pas connu comme quelqu'un de dangereux" (Fadila Doukhi)

Le détenu, âgé de 24 ans, aura retenu une psychologue d'une trentaine d'années dans la bibliothèque de l'établissement pendant plus de six heures. Il a été condamné plusieurs fois, pour violences et vols aggravés, et est libérable en 2017. Selon un porte-parole de la préfecture, "il demandait à être transféré vers un autre centre de détention " en Alsace. En juillet dernier, alors incarcéré à la prison de Montmédy, une rébellion de sa part a entraîné son transfert disciplinaire à Toul. Ce centre de détention, de 429 places, accueille des détenus présentant de bonnes perspectives de réinsertion.

Une brosse à dents taillée comme une arme

Il aurait, selon Fadila Doukhi, fabriqué une arme contondante à l'aide d'une brosse à dents. Le détenu s'est finalement rendu peu avant 1h du matin ce mardi. En tout, la prise d'otage aura donc duré plus de six heures.

Un important dispositif policier avait été dépêché sur place, avec notamment l'envoi d'une équipe régionale d'intervention et de sécurité (ERIS). Le procureur de la République de Nancy, Thomas Pison, s'est lui aussi rendu sur place dans la soirée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.