Deux adolescents retrouvés indemnes, mais en hypothermie, après trois jours à errer dans les catacombes de Paris

Ils ont été retrouvés par une équipe cynophile des pompiers, et ont été hospitalisés.

Les deux adolescents, âgés de 16 et 17 ans, s\'étaient vraisemblablement \"perdus\" dans des carrières dans le sud de Paris.
Les deux adolescents, âgés de 16 et 17 ans, s'étaient vraisemblablement "perdus" dans des carrières dans le sud de Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Dans le noir et l'humidité des sous-sols de Paris, on imagine sans peine leur panique. Deux adolescents ont été retrouvés indemnes, mais frigorifiés, dans les catacombes de la capitale après plus de trois jours passés dans ces souterrains où s'entassent les ossements des anciens habitants de la capitale, a révélé 20 Minutes, mercredi 14 juin. En hypothermie, les deux adolescents ont été hospitalisés, a indiqué une source policière.

Les deux adolescents, âgés de 16 et 17 ans, selon une source policière à l'AFP, s'étaient vraisemblablement "perdus" dans des carrières dans le sud de Paris et non pas en empruntant le circuit autorisé lors d'une visite organisée. Après quatre heures de recherche, entre 2h30 et 6h30 mercredi 14 juin, les pompiers et leurs équipes cynophiles sont parvenus à retrouver les jeunes sains et saufs. "C'est grâce aux chiens qu'on les a retrouvés", a indiqué un porte-parole de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Fréquentées par les "cataphiles"

Les catacombes, aménagées dans les galeries d'anciennes carrières à 20 mètres sous terre, rassemblent les restes de six millions de Parisiens, transférés entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe au fur et à mesure que fermaient certains cimetières. S'il est interdit de pénétrer dans les catacombes en dehors du cadre des visites guidées, de nombreux "cataphiles" explorent ce réseau pour y organiser des fêtes, des jeux de piste ou simplement par intérêt pour ce souterrain accessible par des puits connus de quelques débrouillards.

"Il arrive rarement que des personnes se perdent", a observé Julien Alaterre de l'Inspection générale des carrières, interrogé par l'AFP. "La fréquentation des carrières est interdite mais les gens qui y vont sont en général des habitués qui sont bien équipés", a-t-il poursuivi. "Le circuit des catacombes, qui dépend de Paris-Musées, est quant à lui bien balisé, et personne ne s'est jamais perdu", a souligné l'organisme Catacombes de Paris.