Plan Vigipirate en Midi-Pyrénées : qu'est-ce que le niveau écarlate ?

Il s'agit du niveau le plus élevé, activé pour la première fois en France. FTVi vous détaille les conséquences de la mise en place de plan exceptionnel. 

Des policiers montent la garde sur les lieux de la fusillade, devant le collège-lycée juif Ozar-Hatorah, dans le quartier de la Roseraie, à Toulouse, le 19 mars 2012.
Des policiers montent la garde sur les lieux de la fusillade, devant le collège-lycée juif Ozar-Hatorah, dans le quartier de la Roseraie, à Toulouse, le 19 mars 2012. (ERIC CABANIS / AFP)

Conséquence de la tuerie qui s'est produite, lundi 19 mars au matin, devant un collège-lycée juif de Toulouse (Haute-Garonne) et des meurtres de militaires à Montauban (Tarn-et-Garonne) et Toulouse : le niveau d'alerte écarlate de Vigipirate a été activé lundi 19 mars en Midi-Pyrénées et dans les départements de l'Aude et du Lot-et-Garonne par Nicolas Sarkozy. Il s'agit d'une première en France, le niveau écarlate est le plus élevé, il est destiné à prévenir un risque d'attentats majeurs, "avec des mesures particulièrement contraignantes".

> Des moyens exceptionnels mis en place en Midi-Pyrénées

Pourquoi écarlate ?

Le plan Vigipirate, destiné à faire face à une menace terroriste, a été conçu en 1978 alors que l'Europe était confrontée à une vague d'actions terroristes. Six versions se sont succédé et le plan a été refondu après le 11-Septembre. La dernière version du plan, en vigueur depuis janvier 2007, est "fondée sur le postulat que la menace terroriste doit désormais être considérée comme permanente", souligne le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN)

La création d'un code couleur pour les niveaux d'alerte (jaune, orange, rouge, écarlate) en 2003 "a permis de rendre le dispositif très lisible, facilitant une réelle prise de conscience par la population", selon le SGDSN. Depuis le 7 juillet 2005, date des attentats à Londres, le niveau d'alerte Vigipirate a constamment été maintenu au rouge. Vigipirate associe l'action des forces armées et de la police sur les sites sensibles. Les patrouilles mixtes armées-police sont assurées de 7 heures à 22 heures.

En quoi consiste ce niveau ? 

Le niveau "écarlate" vise selon le ministère de l'Intérieur à "prévenir le risque d'attentats majeurs (simultanés ou non), mettre en place les moyens de secours et de riposte appropriés, des mesures particulièrement contraignantes pouvant être mises en oeuvre, protéger les institutions et assurer la continuité de l'action gouvernementale".

Ce niveau est le dernier avant l'application des mesures d'exception prévues par la Constitution de 1958 (article 16, état d'urgence). Il comprend notamment des visites et contrôles d'accès aux trains grandes lignes, restrictions ou interdictions de circulation dans les tunnels, l'arrêt du trafic aérien civil, la limitation ou arrêt de la distribution de l'eau du robinet et la mise en place d'un réseau de substitution. Au niveau "écarlate", le plan Vigipirate peut également impliquer d'autres mesures telles que la suspension des transports urbains, particulièrement souterrains, dans toutes ou une partie des villes de France, ou la suspension de toute activité scolaire. Mais selon des experts, le niveau écarlate est si contraignant qu'il doit être réservé à prévenir une menace précise et imminente.

Quel est son but ?

Restriction ou l'interdiction de vastes portions de l'espace aérien, constitution de stocks d'eau potable.... Claude Guéant détaille cette mesure : "le contrôle des bagages à l'entrée des magasins" sera renforcée, d'autres pourraient aussi être effectués "de façon aléatoire" dans les transports en commun. D'après le ministère de l'Intérieur, il s'agit alors de prendre les mesures nécessaires pour prévenir le risque avéré d'un ou plusieurs attentats graves et mettre en place les moyens de secours et de riposte appropriés, en acceptant les contraintes imposées à l'activité sociale et économique.

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a inspecté lundi soir le dispositif de sécurité mis en place à Toulouse pour prévenir une nouvelle attaque, possible selon lui, après la tuerie dans une école juive et l'assassinat de trois parachutistes. "Nous sommes inquiets sur l'éventualite qu'il ait envie de commettre un quatrième attentat", a dit Claude Guéant en parlant du tueur au scooter au cours d'une tournée à la gare et devant un collège.