Cet article date de plus de dix ans.

Abdelkader Merah maintenu en détention

La justice a prolongé la détention provisoire du frère de Mohamed Merah, mis en examen pour complicité dans les sept assassinats commis en mars 2012 à Toulouse et Montauban.

Article rédigé par franceinfo avec AFP et Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des policiers montent la garde au palais de justice de Paris, le 9 septembre 2012, lors de l'arrivée d'Abdelkader Merah pour une audition. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Abdelkader Merah restera en prison, à Fresnes, les six prochains mois. Jeudi 21 mars, la justice a prolongé la détention provisoire du frère de Mohamed Merah, mis en examen pour complicité dans les sept assassinats commis en mars 2012 à Toulouse et Montauban. Le parquet de Paris avait demandé cette prolongation.

Le juge des libertés et de la détention (JLD) et de la détention a refusé sa mise en liberté parce qu'"il n'a pas donné l'identité du troisième homme", qui aurait été complice des actes de Mohamed Merah, a expliqué une de ses avocates, à la sortie de l'audience. Me Tiffany Dhuiege a toutefois affirmé que le juge avait évoqué la possibilité de placer Abdelkader Merah sous bracelet électronique "dans un futur proche".

"Des éléments sérieux en termes de complicité contre lui"

"Si le JLD a décidé du maintien en détention c'est qu'à l'évidence, il y a des éléments sérieux en termes de complicité contre lui", a réagi Olivier Morice, avocat d'une des familles des victimes. L'avocate d'une autre famille de victimes, Samia Maktouf, a jugé la décision du JLD "logique et conforme aux éléments de complicité qui sont à charge contre Abdelkader Merah" dans le dossier.

Seul mis en examen dans les assassinats commis par son frère, Abdelkader Merah a toujours nié toute implication. Interrogé deux fois par les juges, il a seulement reconnu avoir été présent lors du vol du scooter, commis selon lui à son insu. Il leur a confirmé la présence d'un troisième homme à ce moment-là, dont il refuse de donner le nom. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.