Le ministre de l'Intérieur a enjoint lundi les accusateurs de complot dans le dossier DSK à porter plainte

"Tout le monde a estimé que M. Luc Ferry a eu tort de porter des insinuations sans apporter de preuves, tout le monde a dit, s'il y a des preuves, eh bien que la justice soit saisie, sinon, qu'il se taise", a-t-il souligné lundi en marge d'un déplacement sur la sécurité à Paris.

Claude Guéant lors d\'une session à l\'Assemblée Nationale.
Claude Guéant lors d'une session à l'Assemblée Nationale. (AFP-Bertrand Guay)

"Tout le monde a estimé que M. Luc Ferry a eu tort de porter des insinuations sans apporter de preuves, tout le monde a dit, s'il y a des preuves, eh bien que la justice soit saisie, sinon, qu'il se taise", a-t-il souligné lundi en marge d'un déplacement sur la sécurité à Paris.

"Eh bien je dis la même chose : s'il y a des accusations, qu'ils portent plainte, voilà", a-t-il poursuivi.

Répondant aux , Claude Guéant avait auparavant jugé "scandaleux" les propos dimanche de plusieurs élus socialistes mettant en cause le rôle du groupe hôtelier Accor dans le dossier Strauss-Kahn.

"M. Loncle, Mme Sabban procèdent par insinuations. Ils n'affirment pas", avait déclaré M. Guéant sur France 2.

Michèle Sabban et François Loncle, élus PS, ont évoqué de possibles "connexions" politiques dans l'affaire DSK, voire un "attentat politique" contre leur champion.

Alors qu'une part d'ombre plane toujours sur la chronologie de l'annonce des faits à l'exécutif, le ministre de l'Intérieur a précisé sur France 2 qu'il avait été informé peu après minuit et demi, dans la nuit du 14 au 15 mai, via le coordonnateur national du renseignement Ange Mancini, de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York.

Il est "normal" que le groupe Accor, propriétaire de l'hôtel Sofitel de New York, ait prévenu rapidement les autorités françaises de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn pour des faits présumés d'agression sexuelle, a jugé lundi Claude Guéant.

"La justice américaine, chacun le sait est totalement indépendante. Il est hors de question que quiconque en France puisse manipuler la justice américaine", a ajouté le ministre de l'Intérieur, ajoutant ne disposer d'"aucun élément" sur l'enquête judiciaire américaine.

"D'où le coordonnateur national du renseignement tenait-il ses informations, je ne sais pas. Mais à supposer que ce soit Sofitel qui l'ait prévenu, je dirais que c'est parfaitement normal. Enfin qu'une grande chaîne hôtelière française informe les autorités françaises de ce qu'il est advenu - l'arrestation d'une personnalité mondiale, de premier plan, qui est de nationalité française - ça me semble absolument normal", a conclu le ministre de l'Intérieur.

Quant à Chantal Jouanno, ministre des Sports, elle a déclaré : "Entre ses goûts de luxe et d'autres sujets, Dominique Strauss-Kahn, n'a pas donné une image extrêmement positive ces derniers temps".

La ministre a tout de même pondéré : "Restons calmes, attendons sereinement la tenue du procès, s'il y a procès, attendons sereinement que la justice fasse son travail. Pas de conjectures trop rapides."

Lire aussi

>>

>> DSK, libéré, reste poursuivi

>>

>>