Cet article date de plus de cinq ans.

Julian Assange : "Un média libre est par définition irresponsable"

Le fondateur de WikiLeaks a reçu francetv info à l'ambassade d'Equateur, à Londres, où il vit reclus depuis juin 2012. Interview.

Article rédigé par
Propos recueillis par - Hervé Brusini
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Julian Assange sur le balcon de l'ambassade d'Equateur, à Londres, le 5 février 2016.  (BEN STANSALL / AFP)

Un immeuble modeste, à deux pas du grand magasin Harrods. A l’entrée, il faut remettre  les papiers d’identité et tous les appareils électroniques. Un homme vérifie les montres aux poignets des visiteurs. Bienvenue à l’ambassade d’Equateur à Londres, où vit Julian Assange depuis quatre ans. Le fondateur de WikiLeaks, citoyen australien de 44 ans, est accusé par les Etats-Unis d’espionnage. Il est également suspecté par la Suède de viol et agression sexuelle présumés pour des faits remontant à 2010. Le 15 mai, la cour suprême de Suède a rejeté l’appel qu’il avait formé pour obtenir l’annulation du mandat d’arrêt lancé contre lui.

Celui qui est au cœur d’une bataille juridique sans fin a reçu une délégation du prix Albert-Londres, parmi lesquels trois journalistes – Hervé Brusini, de France Télévisions, Alfred de Montesquiou, de Paris-Match, qui a effectué la traduction, et Catherine Jentile, de TF1 – pour évoquer sa vie et ses projets.

Francetv info : Comment allez-vous ?

Julian Assange : Je n’ai pas vu le soleil depuis quatre ans. J’ai une jeune famille, en France, des enfants qui sont petits. Ils vivent cachés. J’aimerais pouvoir les voir. J’essaie de rester concentré sur les enjeux importants, les plus larges, plutôt que simplement mon cas personnel. Bien sûr, c’est une situation difficile pour moi, même si ça pourrait être pire.  

En vérité, je n’ai pas vu tout ce scandale arriver. Je savais qu’il faudrait payer un prix pour nos actions, mais pas un prix aussi dur. J’étais prêt à aller en prison, et je savais qu’il y avait un risque que j’y aille. Mais en pratique, je ne m’attendais pas à me retrouver à ce point dans la nasse.

La police vous surveille en permanence...

En 2012, l’Equateur et son ambassadeur ont été menacés parce qu’ils m’hébergeaient. Scotland Yard  a voulu faire une descente dans l’ambassade. Il y avait plus d’une centaine de policiers dans la rue, d’autres passaient en rappel devant les fenêtres. Depuis, on a fréquemment trouvé des micros et des mouchards dans l’ambassade.

Les immeubles voisins appartiennent à Harrods. Scotland Yard a passé un accord avec eux pour qu’il abrite des équipes de surveillance sous couverture. En octobre de l’année dernière, les autorités ont dû admettre que l’Etat britannique avait dépensé 126 millions de livres sterling pour me surveiller. Cela a provoqué un tollé, et maintenant le budget de surveillance a été classé secret. Afin d’être encore plus discret, Scotland Yard a aussi décidé d’augmenter le nombre de policiers en civil.

Mais pour être honnête, on les surveille aussi. Je connais les visages de la plupart, et on a aussi de bons équipements. Et puis, comme tout le monde, à la longue, ils deviennent moins soigneux.

En pratique, je peux recevoir qui je veux, mais évidemment, tous ceux qui passent ici sont suivis et surveillés, donc nous évitons que des sources viennent ici.

Vous n’avez jamais songé à fuir, par un moyen ou un autre ?

L’enjeu est trop important pour que je puisse me permettre de partir en cavale. Aux Etats-Unis, je suis accusé d’espionnage, de complot, de terrorisme informatique. Ce sont des accusations très graves. Je ne peux pas réagir n’importe comment. La question que je me pose, c’est celle de la bonne stratégie pour faire face aux dix prochaines années.

Ici, dans cette ambassade, j’ai un statut de réfugié politique. C’est très important pour moi. Si je m’échappe, je serai perçu comme un fugitif, je perdrai tout statut. Et l’énorme bras de fer juridique en cours deviendrait beaucoup plus difficile à mener pour WikiLeaks. Cela fragiliserait ma cause, celle de WikiLeaks, mais aussi celle de mes employés. Ici, dans l’ambassade, je suis protégé. L’Equateur est un petit Etat, mais c’est un Etat courageux, qui me soutient.

Etre ici me permet aussi de me défendre et de défendre WikiLeaks dans un des environnements médias les plus toxiques au monde. Même si, honnêtement, je suis stupéfait par le peu d’articles d’investigation que la presse britannique ou les documentaires font sur ma situation. Je suis pris dans une procédure judiciaire impliquant en tout six Etats et d’énormes coûts financiers pour la police, et jamais une seule enquête sérieuse n’a été entreprise dans les médias britanniques.

Quel regard portez-vous sur l’affaire des Panama Papers ?

La source a fait de l’excellent travail. Et les deux journalistes allemands, Bastian Obermayer et Frederik Obermaier de la Süddeutsche Zeitung, ont fait de l’excellent ouvrage en termes de travail sur leur source, et de protection de cette même source.

Mais je suis nettement plus sceptique sur le travail de l’ICIJ, le consortium des journalistes d’investigation. Aujourd’hui, seuls 166 documents ont été rendus publics : c’est une des plus petites fuites jamais réalisées. L’ICIJ a censuré 99,995 % des documents, et les dirigeants du consortium ont publiquement déclaré qu’ils ne publieraient jamais les documents. L’un d’eux a même déclaré : "Nous ne sommes pas WikiLeaks, nous sommes responsables." C’est un peu comme s’il disait : "WikiLeaks a volé le journalisme d’investigation et nous l’avons récupéré."

Ils se sont créés comme un contre-modèle en réaction aux succès obtenus par WikiLeaks. Ils ont fait tout cela en privatisant le travail des sources dans une fondation basée à Washington, qui fonctionne avec des fonds de George Soros, de Rockefeller, et de la fondation Ford. Forcément, ils ont des comptes à rendre, ils ne peuvent pas être indépendants du pouvoir américain. Alors que nous, à WikiLeaks, sommes financés par nos lecteurs, nous n’avons besoin de faire aucun compromis. Les contraintes de l’ICIJ en font un modèle biaisé, plein de contraintes. Je ne pense pas que ce soit un exemple à suivre.

Le modèle pour les sources qui veulent livrer des documents, et le modèle de transparence, reste WikiLeaks. Il faut se dire que le courage, c’est contagieux. Le succès d’un grand WikiLeaks en induit un autre, et puis un autre…

C’est WikiLeaks qui a lancé le phénomène des lanceurs d’alerte ?

Ils sont au cœur du dispositif de WikiLeaks. Nous avons commencé avec une barre latérale, sur chaque article, qui mettait en valeur la source. Certaines sources de WikiLeaks sont des gens "importants", qui font fuiter des informations pour se venger ou par stratégie personnelle. Mais les gens qui m’intéressent vraiment, ce sont ceux qui occupent des positions plus modestes, comme les administrateurs système, les chargés de maintenance...

Ils voient des choses qui les choquent profondément et ils décident de les faire fuiter vers nous. A mes yeux, ces gens moins importants sont plus intéressants car ils ont une relation différente à l’institution dont ils décident de nous livrer des documents. Ils le font pour des motifs clairs.

En fait, ces sources sont même une des raisons d’être de WikiLeaks. Lorsque j’ai lancé ma plateforme, je l’ai pensée comme un site web pour toutes les sources qui n’avaient pas le capital social leur permettant de connaître déjà des journalistes, ni savoir comment échanger avec eux, leur faire confiance, etc…

Vous avez pourtant, vous aussi, des critères de publication ?

Bien sûr. Nous publions tous les documents susceptibles d’apporter de l’information et de servir l’intérêt général. Nous ne sommes pas des imbéciles, si nous considérons que la publication d’un document est illégale ou met quelqu’un en danger, nous retardons sa sortie. Mais par principe, nous ne refusons pas de publier un document, et nous ne le caviardons pas. Nous ne voulons pas entrer dans le jeu du "nous sommes responsables, ne vous inquiétez pas, nous n’allons pas créer de problème".

Au début, nous avons essayé cette ligne, et tout le monde s’est mis à nous demander de ne rien publier. Parce que le problème c’est de dire "nous sommes responsables" : vis-à-vis de qui ? Qui décide ce qu’est le seuil de responsabilité ? Réponse : l’establishment. En termes de rhétorique,  nous considérons que nous ne sommes pas un média responsable, parce qu’un média libre est, par définition, irresponsable.

Notre impératif, que nous avons toujours tenu, c’est de suivre une ligne qui nous semble éthique. En suivant cette ligne, nous parvenons à nous maintenir comme le média libre et indépendant qui a le plus de succès dans le monde, malgré les attaques des milliers d’attachés de presse du Pentagone ainsi que des autres médias qui sont jaloux de notre succès.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Julian Assange

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.