La garde à vue de Murielle Bolle en 1984 jugée non conforme

Murielle Bolle est un personnage clé dans l'affaire Grégory, depuis son témoignage où elle accusait son beau-frère, Bernard Laroche, d'être responsable de la mort de Grégory Villemin. Vendredi 16 novembre, sa garde à vue a été considérée comme "anticonstitutionnelle". 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Le Conseil constitutionnel vient de donner raison à Murielle Bolle. 34 ans après, sa garde à vue est jugée non conforme. Personnage clé de l'affaire Grégory, Murielle Bolle n'a que 15 ans en novembre 1984. Lors de son audition, elle déclare aux gendarmes que son beau-frère, Bernard Laroche, a enlevé Grégory Villemin. Mais trois jours plus tard, après que le juge Lambert lâche son nom à la presse, l'adolescente revient sur ses aveux. Sa garde à vue s'était déroulée sans que ses parents en soient avertis, et sans la présence d'un avocat.

Murielle Bolle aurait "hurlé de joie"

"Des droits fondamentaux estimés bafoués", considère vendredi 16 novembre le Conseil constitutionnel, qui juge cette audition "contraire à la constitution des dispositions de l'ordonnance de 1945 relative à l'enfance délinquante". Pour Murielle Bolle aujourd'hui, c'est un soulagement. "C'est une très grande satisfaction, je dois vous dire que je viens d'avoir ma cliente au téléphone, et elle a hurlé de joie", détaille Me Christophe Ballorin, son avocat. La Cour de cassation va donc annuler la garde à vue de 1984 et le procès verbal sera retiré du dossier. C’est une partie majeure de l'enquête qui disparaît.

Le JT
Les autres sujets du JT
Murielle Bolle, personnage clé de l\'affaire Grégory, arrive au palais de justice de Dijon (Côte-d\'Or) pour être entendue, le 30 juin 1986.
Murielle Bolle, personnage clé de l'affaire Grégory, arrive au palais de justice de Dijon (Côte-d'Or) pour être entendue, le 30 juin 1986. (ERIC FEFERBERG / AFP)