Cet article date de plus de sept ans.

Crash dans les Alpes : enquête sur des tweets insultants pour les victimes

Les messages concernent surtout l'Espagne et visent principalement les Catalans. Des sanctions sont prévues dans le Code pénal espagnol.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un utilisateur de Twitter, en novembre 2013. (DAMIEN MEYER / AFP)

Le gouvernement espagnol affiche sa fermeté. Il a annoncé, mercredi 25 mars, que la police espagnole enquêtait sur les auteurs de messages diffusés sur les réseaux sociaux insultant les victimes de l'A320 de Germanwings qui s'est écrasé, la veille, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Des messages qui peuvent "constituer des délits"

Parmi les messages dénoncés par les usagers de Twitter, celui-ci : "Si c'étaient tous des Allemands et des Catalans, où est la tragédie ?" Ou encore celui-ci qui vise spécifiquement les Catalans, cible traditionnelle de plaisanteries et railleries en Espagne. "Pourvu que les morts de l'accident d'avion soient tous catalans !", a lancé l'auteur d'un tweet envoyé mardi.

Le ministre de l'Intérieur espagnol a ordonné aux unités spécialisées de la police et de la Guardia Civil d'enquêter sur ces "messages lancés sur les réseaux sociaux qui en plus d'être horriblement cruels peuvent constituer des délits", a déclaré le secrétaire d'Etat à la Sécurité. "Ce n'est pas la première fois que les réseaux sociaux contiennent des messages de haine", et des sanctions sont prévues dans le Code pénal.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crash dans les Alpes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.