Présidentielle 2022 : comment Sandrine Rousseau a laissé douter de son "soutien" à Yannick Jadot après sa défaite à la primaire écologiste

Le numéro 1 d'EELV, Julien Bayou, a jugé, jeudi, que la finaliste malheureuse était "un peu mauvaise perdante" en posant ses conditions avant d'appeler à voter pour le candidat élu.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Sandrine Rousseau se tient au milieu de ses soutiens, le 28 septembre 2021, à Pantin (Seine-Saint-Denis). (ISA HARSIN/SIPA)

Est-elle verte de s'être inclinée de justesse ? La finaliste malheureuse à la primaire écologiste, Sandrine Rousseau, a averti le vainqueur, Yannick Jadot, mercredi 29 septembre, qu'elle appellerait à voter pour lui seulement s'il se montrait "capable d'entendre le mouvement qu'il y a derrière" elle. Cette prise de distance a suscité, jeudi, l'indignation du patron d'EELV, Julien Bayou, qui a déploré une attitude de "mauvaise perdante". 

Dans la soirée, Sandrine Rousseau a assuré de sa loyauté envers le candidat écologiste à la présidentielle. Retour sur ce flottement en trois actes.

1Rousseau prend ses distances

Estimant qu'elle aurait pu gagner car "les courbes étaient en train de se croiser", Sandrine Rousseau a appelé le vainqueur de la primaire, mercredi, sur France Inter, à ne pas "ignorer ce qui s'est passé derrière" sa candidature"J'ai toujours été très loyale, j'ai joué le jeu de manière réglo, a-t-elle défendu. Mais la question est dans le camp de Yannick, 'Est-ce que vous êtes capables d'entendre, de comprendre ce qui s'est passé, est-ce que vous saisissez le mouvement qu'il y a dernière moi ?'"

Pour Sandrine Rousseau, cela va au-delà de la reprise de certaines de ses mesures comme le "revenu d'existence" ou la réduction du temps de travail. "Ca passe par le fait que ma parole soit encore présente." Pour elle, "il faut que la loyauté soit dans les deux sens".

2Bayou et Jadot appellent au respect du vote

Le secrétaire général d'Europe Ecologie-Les Verts, Julien Bayou, a appelé Sandrine Rousseau, jeudi, à respecter les règles de la primaire. "Il y a un gagnant, l'ensemble des candidats s'est engagé à le soutenir, a-t-il rappelé. Il n'y a pas de négociations, il y a un soutien inconditionnel au candidat et au projet." Pour lui, cette "négociation triviale de place" fait "un peu mauvaise perdante", d'autant que Yannick Jadot a proposé à son ancienne adversaire "de présider le conseil politique, qui est la supervision des orientations de la campagne".

De son côté, Yannick Jadot a dit vouloir "que cette primaire reste une primaire de qualité, de rassemblement""Il y a eu un vote, a-t-il souligné. La démocratie ça se respecte." "On a besoin de tout le monde" mais "la primaire est terminée", a-t-il ajouté.

3Rousseau promet son "soutien" à Jadot

Jeudi soir, Sandrine Rousseau a semblé infléchir sa position. "J'apporterai mon soutien à Yannick Jadot quoi qu'il arrive, je n'ai pas de conditions", a-t-elle assuré ,sur France 3 Hauts-de-France. "Je ne demande pas à ce que Yannick reprenne toute ma campagne, il n'y a pas de doute là-dessus, mais au moins à ce qu'il entende que c'est une partie de son électorat et qu'il faut aller le mobiliser". Selon elle, "les personnes qui (l')ont suivie et tout le mouvement qu'on a créé permettront (...) de gagner la présidentielle".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.