"C'est l’horreur totale, je ne sais pas si je vais pouvoir voter" : plusieurs heures d'attente à Londres pour le premier tour

"Il y a au moins trois ou quatre heures de queue", estime une résidente française à Londres (Royaume-Uni).

Les Français résidants à Londres, devant le bureau de vote pour la présidentielle, dimanche 23 avril 2017.
Les Français résidants à Londres, devant le bureau de vote pour la présidentielle, dimanche 23 avril 2017. (NIKLAS HALLE'N / AFP)

Dimanche 23 avril, Arnaud Meysselle, Français résident à Londres depuis dix ans, est arrivé dès 6h45 devant son bureau de vote de la capitale britannique. Et il n'était pas le premier. "Il y avait déjà près de 200 personnes. Je n'ai pu voter qu'à 8h30", explique ce chef d'entreprise, à franceinfo. Rapidement, la file d'attente s'est considérablement étendue, jusqu'à la saturation pour certains Français.

"C'est l'horreur totale, il y a au moins trois ou quatre heures de queue pour aller voter. La file d'attente fait tout le tour du bloc", explique Muriel Demarcus, blogueuse et consultante, contactée par franceinfo. Cette expatriée française depuis 15 ans, est arrivée à 7h45 devant le bureau pour voter au premier tour de l'élection présidentielle. "J'ai déjà mis un quart d'heure pour trouver la fin de la queue", explique-t-elle.

Seulement deux sites de vote 

Avec 120 000 de citoyens français inscrits comme résidents à Londres, la ville ne compte que deux sites de vote. De quoi rapidement faire déborder les capacités d'accueil. "Les gens rentrent au compte-goutte, explique Arnaud Meysselle. Il y avait seulement deux agents de sécurité pour fouiller les sacs." Ce chef d'entreprise s'interroge aussi sur le niveau de sécurité du vote, avec des voitures garées à proximité. "On est complètement livrés à nous même, abonde Muriel Demarcus. 

Il y a quelques agents de l'ambassade en gilet jaune et des policiers anglais, mais ils sont complètement débordés par l'affluence.Muriel Demarcus, résidente française à Londresà franceinfo

Après quelques dizaines de minutes dans la file d'attente, la Française résidente à Londres a finalement abandonné : "Je suis dans un café, pour voir si la queue avance un peu, mais je ne suis pas sur de pouvoir voter." De nombreux résidents, venus avec leurs enfants, pourraient aussi faire demi-tour.

Pas de vote électronique pour les législatives

Une situation qui interroge Muriel Demarcus : "En 2012, tout s'était bien passé. Il y avait une petite file d'attente, mais cela n'avait rien à voir." Une situation qui ne devrait pas s'arranger en juin. Le vote électronique, réservé aux Français de l’étranger pour les législatives, ne sera finalement pas autorisé en 2017, pour des raisons de sécurité.