Cet article date de plus de sept ans.

Municipales : à Vénissieux, la liste de deux ultra-droite irrite le FN

Marine Le Pen qualifie cette liste intitulée "Vénissieux fait front" de "parasites".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen lors de la présentation de la liste FN pour les municipales à Strasbourg, le 26 février 2014. (MAXPPP)

C'est une candidature surprise qui ne plaît pas au Front national. Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti, les dirigeants de deux ex-groupuscules d'extrême droite et anciens membres du FN, ont annoncé, lundi 24 février, avoir déposé une liste pour les municipales à Vénissieux (Rhône). Intitulée "Vénissieux fait front", elle est composée de 49 candidats. 

Les deux hommes s'y présentent comme les "chefs des Jeunesses nationalistes et de l'Œuvre Française", deux groupuscules dissous en 2013. Tous deux ont été exclus du FN : Alexandre Gabriac pour un salut nazi, Yvan Benedetti pour s'être qualifié d'antisémite et antijuif sur internet.

Des "parasites", selon Marine Le Pen

L'initiative de ces deux anciens proches de Bruno Gollnisch, très actifs dans la mobilisation contre le mariage homosexuel, vient couper l'herbe sous le pied du FN dans une ville où il avait obtenu deux conseillers en 2008 et 38% des voix au second tour des dernières législatives.

Dans une lettre envoyée au préfet, qui doit décider ou non de la validité de la liste, Marine Le Pen s'étonne de cette candidature et se montre très violente envers Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac.

Pour la présidente du FN, leur déclaration de candidature "constitue un acte de parasitisme du nom 'Front national', parasitisme autant juridique que politique". Elle précise en outre que "le Front national n'a rien de commun avec les parasites qui [l']animent". Et exige que le préfet refuse la liste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.