Affaire des fausses procurations à Marseille : les gardes à vue des neuf personnes levées

Parmi les neufs gardés à vue figuraient Yves Moraine, l'ancien maire LR des 6e et 8e arrondissements de Marseille de 2014 à 2020, ainsi que Julien Ravier, l'actuel maire LR des 11e et 12e arrondissement.

Article rédigé par
Avec France Bleu Provence - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le conseil municipal à Marseille, le 4 juillet 2020 (photo d'illustration). (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Les gardes à vue des neuf personnes entendues depuis mardi 22 septembre dans le cadre de l'enquête sur l'affaire des fausses procurations à Marseille ont été levées, a appris franceinfo auprès du parquet de Marseille.

Dans un communiqué de presse, le tribunal explique que les gardes à vue et les perquisitions "ont été justifiées par les nécessités de l'enquête pour empêcher toute concertation avec d’autres personnes susceptibles d’être coauteurs ou complices ou pressions sur les témoins ou victimes".

"En voie d'achèvement", l'enquête sera ensuite "transmise au Parquet de Marseille qui procédera à un examen approfondi de ce dossier pour déterminer les suites à y apporter sur le plan judiciaire", précise le communiqué.

L'ancien maire Yves Moraine parmi les gardés à vue

Cette affaire porte sur les conditions d’établissement, de collecte et d’utilisation de procurations au cours de la campagne des élections municipales de 2020 pour les secteurs des 6/8ème arrondissement et 11/12ème arrondissements de Marseille.

Parmi ces neuf personnes figurent Yves Moraine, l'ancien maire LR des 6e et 8e arrondissements de Marseille de 2014 à 2020. Avocat, Yves Moraine était numéro deux de la liste de Martine Vassal dans ce secteur aux dernières municipales.

Des électeurs d'Ehpad en situation de faiblesse

L'actuel maire LR des 11e et 12e arrondissements Julien Ravier faisait également partie des gardés à vue. Il avait conservé son siège lors du second tour du mois de juin. Le directeur d'un Ehpad du quartier de Saint-Barnabé, dans le 12e arrondissement, faisait également parti des personnes gardées à vue. Mi-juin, France 2 avait révélé que plusieurs pensionnaires d’un Ehpad du 12e arrondissement de Marseille, en situation de faiblesse et pour certains frappés par la maladie d’Alzheimer, avaient voté par procuration dans un même bureau sans que leurs familles et proches en soient informés.

C'est la police judiciaire de Marseille qui est venue chercher Yves Moraine à son domicile à 6h30 mardi matin. Son avocat, maître Erick Campana, assure à France Bleu Provence que son client "clame son innocence".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.