INFOGRAPHIE. Départementales : portrait-robot de ces conseillers généraux amenés à disparaître

Bientôt remplacés par les conseillers départementaux, francetv info dresse le portrait-robot des élus sortants. Des hommes, pour la plupart sexagénaires, retraités et maires.

Les scrutins des 22 et 29 mars vont marquer leur disparition. Fini les conseillers généraux, remplacés par les conseillers départementaux. Mais qui étaient vos élus ? A l'heure du renouvellement des assemblées départementales, francetv info dresse le portrait-robot des sortants.

Des hommes, beaucoup d'hommes

Les femmes étaient, jusqu'à présent, très minoritaires dans les conseils généraux, dominés par les hommes à 82,2%. Mais cette suprématie masculine a fait son temps : elle va forcément disparaître les 22 et 29 mars.

Le nouveau mode de scrutin est, en effet, paritaire. Les électeurs votent pour un binôme, composé d'un homme et d'une femme, qui siégeront tous deux dans la future assemblée départementale. Les nouveaux conseils départementaux compteront ainsi 50% de femmes et 50% d'hommes. Reste à savoir combien de femmes obtiendront la présidence des assemblées départementales... Avant les élections, elles n'étaient que six, en comptant Anne Hidalgo à la tête du Conseil de Paris.

Des sexagénaires, retraités et maires

Ils sont rares, les jeunes conseillers généraux. A 27 ans, la benjamine, Marine Pustorino, siège dans les Bouches-du-Rhône. Mais la plupart de ses collègues sont bien plus vieux : la moyenne d'âge du conseiller général sortant est de 61 ans. En Indre-et-Loire, Jean Savoie, le doyen, siège encore à 91 ans, mais il ne se représente pas. 

Conséquence logique : avec des assemblées composées de nombreux seniors, une grande partie des conseillers généraux sont aussi des retraités. Ils sont 39,3% dans ce cas, largement devant les salariés du privé, les fonctionnaires ou les professions libérales. Beaucoup cumulent leur fonction avec un autre mandat, notamment celui de maire, à 36,2%.