Cet article date de plus de dix ans.

L’avertisseur de radars devient un "outil d’aide à la conduite"

A partir d’aujourd’hui, les avertisseurs de radars n’ont plus le droit d’indiquer précisément l’emplacement d’un radar mais seulement une zone de danger. Des secteurs qui peuvent s’étendre de 300 mètres à plus de 4 kilomètres.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Désormais, pour éviter les amendes, les avertisseurs de radar devront uniquement indiquer les zones dangereuses. L’automobiliste n’a plus le droit d’indiquer un point fixe sur les écrans.
Il faudra télécharger une mise à jour légale sur le site des constructeurs.
Ces nouveaux outils d’aide à la conduite, indiqueront  uniquement les zones de radars fixes au minimum sur 4 km sur autoroutes, 2 km hors agglomération et 300 m en ville.
Cette nouvelle réglementation avait suscité avant l’été, la colère des automobilistes et des fabricants  de détecteurs de radars.
Un accord avait finalement été obtenu avec l’Association française des fournisseurs et utilisateurs de technologies d’aide à la conduite (Afftac)  et le gouvernement.

Si vous ne faites pas cette mise à jour, mais que vous continuez à utiliser votre boîtier avec les fonctions actuelles, vous risquez une amende de 1500 euros (contravention de 5e classe) un retrait de 6 points sur votre permis.
Quant aux fabricants et aux importateurs de boîtiers illicites,  ils risquent une peine de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.


Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.