Manifestation à Chypre à la veille d'une réunion cruciale de l'Eurogroupe

Des centaines d'employés de banque, qui craignent pour leur emploi en cas de faillites de banques, ont défilé à Nicosie samedi après-midi.

\"Non à la banqueroute de Chypre\", brandit une manifestante à Nicosie (Chypre), le 23 mars 2013.
"Non à la banqueroute de Chypre", brandit une manifestante à Nicosie (Chypre), le 23 mars 2013. (YANNIS BEHRAKIS / REUTERS)

Ils craignent pour leur emploi en cas de faillite ou de restructuration des banques. Des centaines d'employés de banques ont manifesté samedi 23 mars dans l'après-midi à Nicosie (Chypre), à la veille d'une réunion cruciale de l'Eurogroupe. Parti du siège de l'Union chypriote des employés de banques (Etyk), le cortège a d'abord pris la direction du palais présidentiel, avant d'être stoppé par un cordon de police. Les manifestants prévoyaient de se rendre ensuite devant le Parlement.

Les autorités sont engagées dans une course contre la montre pour conclure un plan de sauvetage des banques et de l'économie de l'île. Dans ce cadre, les ministres des Finances de la zone euro se réuniront dimanche à 18 heures pour tenter de boucler le plan de sauvetage permettant à Chypre d'éviter la banqueroute. La tenue effective de cette réunion était liée à l'état d'avancement des négociations entre la troïka des bailleurs de fonds de Chypre (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) et les autorités de ce pays.

Accord sur une taxe exceptionnelle

Le gouvernement chypriote et les représentants de la troïka se sont mis d'accord samedi soir sur la création d'une taxe exceptionnelle de 20% sur les dépôts supérieurs à 100 000 euros détenus par la Bank of Cyprus, indique un responsable. L'accord prévoit également un prélèvement de 4% sur les dépôts supérieurs à 100 000 dans les autres banques. Chypre a jusqu'à lundi pour trouver le moyen de lever 5,8 milliards d'euros nécessaires pour compléter le plan de sauvetage de 10 milliards négocié avec la troïka.