Retraites : Sibeth Ndiaye assure que la réforme "sera présentée dans le courant de l’année 2020"

Si "toutes les questions sont sur la table" assure la porte-parole du gouvernement, des "principes sont intangibles" affirme-t-elle.

Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement le 28 août 2019.
Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement le 28 août 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"C'est une réforme qui sera présentée dans le courant de l’année 2020 ", a indiqué Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, jeudi 5 septembre sur France Inter, au sujet de la réforme des retraites.

"Dans l’exécutif, il y a un patron c'est le chef du gouvernement. Edouard Philippe est celui qui donne le La", a-t-elle rappelé, interrogée sur les informations contradictoires données parfois par des membres du gouvernement sur le calendrier.

Elle a ajouté qu'il faudra "quelques mois pour mener à la fois la concertation, la négociation mais aussi pour débattre avec les Français". "Toutes les questions sont sur la table de cette réformes", a assuré Sibeth Ndiaye.

On ne va pas dire on concerte, alors qu'en fait, on a déjà la solution à la concertation. On va concerter, on va négocier avec les organisations syndicales.Sibeth NdiayeFrance Inter

Mais la porte-parole a précisé qu'il y a "des principes qui sont intangibles" : le gouvernement "souhaite que ce régime futur soit un régime par répartition. On souhaite qu'il y ait de la solidarité entre les personnes qui sont d'ores et déjà retraitées, et celles qui sont actuellement en activité".

La durée de travail sera "bien sûr" plus longue

"Il n'y a pas de tabou sur l'allongement de la durée du travail dans la vie", a-t-elle ajouté, affirmant que "bien sûr" la durée de travail sera plus longue car "à quel Français vous allez faire croire qu'avec l'allongement du temps de la vie, on va travailler moins longtemps ? C'est ridicule".

En revanche, Sibeth Ndiaye n'a donné pas d'information quant à l'organisation du débat national sur les retraites car le Premier ministre "souhaite en réserver la primeur aux partenaires sociaux" : "Edouard Philippe rencontre les organisations syndicales tout à l'heure, on essaie d'avoir du respect vis-à-vis de ces organisations syndicales et donc on souhaite les associer pleinement à la manière dont on organisera ce grand débat national".