Cet article date de plus de neuf ans.

Projet de loi sur l'emploi : l'Assemblée nationale adopte l'ultime version

Le texte doit être soumis au Sénat, le 14 mai. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des salariés de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le 10 avril 2013.  (FRED DUFOUR / AFP)

L'Assemblée nationale a adopté, mercredi 24 avril, l'ultime version du projet de loi sur la sécurisation de l'emploi. Vivement combattu par le Front de gauche, le texte a été soutenu par les centristes. Il a été adopté par 141 voix pour (PS, radicaux de gauche et UDI), 16 contre (le Front de gauche, quatre socialistes, 2 UMP) et 44 abstentions (UMP, écologistes et 16 socialistes). Le projet de loi doit désormais être soumis au Sénat, le 14 mai. 

Le président du groupe socialiste, Bruno Le Roux, avait pourtant lancé un appel à la discipline de vote, lundi. Mais une large part des députés de l'aile gauche du PS s'est abstenue, voire s'est opposée au projet, jugé trop favorable aux thèses du patronat. Le projet de loi retranscrit l'accord conclu en janvier entre le patronat et trois syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC). Il accorde plus de flexibilité aux entreprises tout en créant de nouveaux droits pour les salariés.

"Il s'agit d'un des textes les plus importants du quinquennat", s'est exclamé à la tribune le rapporteur du texte, le socialiste Jean-Marc Germain, tandis que le ministre du Travail, Michel Sapin, l'a qualifié "de texte le plus ambitieux depuis 1968" sur l'emploi. Mais à l'opposé, Jacqueline Fraysse, du Front de gauche, a qualifié le texte de "régression sociale".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.