Cet article date de plus de douze ans.

Microsoft: bientôt la paix avec l'UE ?

La Commission européenne a fait un pas décisif vers la clôture d'une enquête au long cours contre le groupe américain
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La Commission européenne a fait un pas décisif vers la clôture d'une enquête au long cours contre le groupe américainLa Commission européenne a fait un pas décisif vers la clôture d'une enquête au long cours contre le groupe américain

Menacé d'avoir à payer une forte amende, le géant de l'informatique fait l'objet d'une enquête au long cours pour abus de position dominante.

Microsoft s'est engagé à offrir, à l'avenir, le choix entre plusieurs navigateurs internet sur son système d'exploitation Windows.

"J'ai de bonnes raisons de penser que nous nous dirigeons vers une solution très satisfaisante de certains problèmes de concurrence sérieux dans le secteur des logiciels informatiques", a indiqué mercredi la commissaire à la Concurrence, Neelie Kroes. "L'opinion préliminaire de la Commission est que les propositions de Microsoft vont répondre à nos inquiétudes."

Pour en être certaine, ses services doivent lancer le 9 octobre une consultation publique: les parties intéressées auront un mois pour commenter les propositions de Microsoft.

C'est "un pas significatif vers la fermeture d'un chapitre qui aura duré une décennie", s'est aussi félicité Brad Smith, vice-président de Microsoft en charge des questions juridiques, disant espérer un règlement définitif "avant la fin d'année".

Estimant que l'incorporation systématique du navigateur Internet Explorer à Windows, qui équipe 90% des PC dans le monde, lui conférait un avantage concurrentiel sur les autres navigateurs, Bruxelles a ouvert une enquête pour abus de position dominante contre Microsoft.

En juillet, le groupe de Redmond (Etat de Washington) a fait des concessions pour tenter d'échapper à une amende susceptible d'atteindre 10% de son chiffre d'affaires annuel, et qui risque d'être d'autant plus lourde qu'il est récidiviste. Bruxelles lui a déjà réclamé au total, dans le passé, 1,676 milliard d'euros pour abus de position dominante, notamment pour avoir incorporé systématiquement à Windows son lecteur multimédia MediaPlayer.

Concrètement, Microsoft a accepté de laisser les utilisateurs européens de Windows choisir le ou les navigateurs internet qu'ils souhaitent utiliser. Durant cinq ans, un choix sera proposé à tous les utilisateurs de Windows dans ses versions XP, Vista et 7, par l'intermédiaire des mises à jour automatiques du système d'exploitation. Les internautes ayant Internet Explorer comme navigateur par défaut (le réglage initial sous Windows) verront d'abord apparaître un premier écran expliquant à quoi sert un navigateur. Puis ce sera au tour d'une fenêtre multi-choix (ballot screen) où ils pourront cliquer sur des liens lui fournissant davantage d'explications sur une série de navigateurs.

Jusqu'à 12 navigateurs compatibles avec Windows devraient être proposés, sur la base de leur part de marché en Europe. "Etant donné qu'il y a seulement 5 principaux navigateurs sur le marché aujourd'hui, cette approche laissera plein de place à de nouveaux venus", a commenté Neelie Kroes.

Le principal concurrent d'Internet Explorer aujourd'hui en Europe est Firefox (développé par la fondation Mozilla). Les autres logiciels sont Chrome, lancé récemment par Google ou Opera du norvégien Opera Software, dont une plainte a motivé l'enquête de Bruxelles. Apple propose aussi une version de son navigateur Safari qui est compatible avec Windows.

Avec les futures versions de Windows, à commencer par Windows 7 dont la version définitive sera lancée le 22 octobre, les fabricants de PC pourront eux-mêmes installer n'importe quel navigateur par défaut et éventuellement supprimer complètement Internet Explorer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.