Un des pionniers du Net en France vient de lancer " Netizen ", un mensuel sur la révolution blog

Interview de ce rédacteur en chef au pari audacieux, qui tient aussi depuis trois ans, avec d'autres précurseurs, la chronique en ligne du blogging.

Cyril Fievet dans un café parisien, 19 janvier 2006
Cyril Fievet dans un café parisien, 19 janvier 2006

Interview de ce rédacteur en chef au pari audacieux, qui tient aussi depuis trois ans, avec d'autres précurseurs, la chronique en ligne du blogging.

Un journal papier sur les blogs, téméraire, non ? Réponse du rédacteur en chef

Cyril Fievet, pourquoi un journal papier sur les blogs ?
"Désormais, il y a des millions de gens qui prennent la parole sur le web, et les blogs ne sont que la partie immergée de l'iceberg. Nous voulons la faire mieux connaître."

Quel est le sommaire du premier numéro de Netizen, dont vous êtes rédacteur en chef ?
"Il y a un gros dossier de 24 pages sur les blogs politiques, avec des interviews du député socialiste Julien Dray et de l'ancien ministre délégué au Budget et sénateur UMP de l'Orne, Alain Lambert. Un dossier classique, mais avec un plus : la critique d'un blogueur féru de politique,Versac. Il a analysé les blogs politiques, le liens qui y mènent et en sortent, le rapport à l'interactivité. En définitive, la parole reste au politique, pas aux intervenants, aux internautes. Ces blogs restent en marge de la blogosphère.

En dehors de cette première partie classique, il y a des « cartes blanches » à des blogueurs très connus comme l'artiste graphique Denise Cali Rézo. Et des moins connus, comme Romuald qui se dévoile et se met en scène en vidéo sur son blog, quand il va mal."

A combien sera tiré Netizen ?
"85.000 exemplaires, c'est un gros pari. Le contenu est proposé par pointblog, l'argent apporté par Astrolabe, un groupe de presse magazine thématique."

La cible ?
"Très grand public. Mon sentiment, c'est que les blogs vont jouer un rôle de plus en plus important, notamment dans la présidentielle qui s'annonce. Ils vont influer sur la façon dont va se dérouler la campagne, comme ce fut le cas pour le référendum, mais multiplié par cent."

Netizen sera-t-il accessible en ligne ?
Non, pas son contenu. Mais Netizen a évidemment son blog . On le fera évoluer pour recueillir les commentaires, peut-être sous forme de wiki.

("Netizen", "comprendre et décrypter la révolution blog". Mensuel, 4,90 euros. En kiosque depuis le 26 janvier)

Depuis 2003, Cyril Fievet tient une chronique du blogging sur pointblog.com. Un regard avisé sur les blogs français

Quelle est la différence entre le blog et l'antique page perso ?
"Il y a deux grandes différences . Une page perso, c'était du HTML. Le blog c'est beaucoup plus simple, donc à la portée d'un public beaucoup plus vaste . L'autre différence, c'est que le blog intègre par essence les outils d'interactivité. Tous les blogs sont commentables, peuvent comprendre un système d'alerte par e-mail, un fil RSS : il y a une interaction permanente entre le blogueur et ses lecteurs. On peut suivre un blog, donc une pensée, au long cours. Le blog offre un filtre humain à l'actualité, un recul par rapport à l'info. Pour reprendre une formule d'Emmanuel Parody, "les blogs apportent une chose qui n'existe en général pas dans la presse et qui les en distingue... l'émotion"."

Il y a aussi des remous autour des blogs, témoin l'histoire de ce proviseur qui avait tenu un blog où il faisait savoir qu'il était homosexuel et qui a des démêlés avec l'Education nationale.
"L'événement a été suivi de près par plusieurs blogueurs. Ils ont tout de suite vu que Libé, en suivant l'affaire, s'était trompé, citant des extraits du blog comme venant du blogueur, alors qu'il s'agissait d'intervenants extérieurs.

Les blogueurs ont immédiatement pris position avec beaucoup d'émotion, comme cette mère de famille avocate qui écrit : «J'aurais pu faire lire le journal du proviseur à mes deux enfants » . Le blog incriminé («blog de Garfieldd») a d'ailleurs été republié dans les archives du Web. Chacun peut juger sur pièces et vérifier qu'il n'y avait pas de contenu pornographique, contrairement à ce qui avait été invoqué par l'Education nationale."

Quel est le commandement suprême du blogueur ?
"Rester dans la légalité. Ce qui me gêne le plus, dans les blogs, c'est le non-respect du droit et des autres. Le droit d'auteur, ça se respecte. On peut polémiquer, mais on n'injurie pas. Il y a une vraie liberté d'expression en France qui permet des discussions sans le recours à l'insulte. J'en suis régulièrement victime. J'ai relaté un déjeuner où j'étais invité, avec d'autres, par le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres. S'en est suivi une volée de bois vert, contre moi et contre le ministre, avec procès d'intention à la clé. Quand on est blogueur, on est exposé aussi à des crétins qui ne savent pas ce qu'est la diffamation."

Vos blogs préférés ?
" Embruns, Eolas et Tristan Nitot. Des grands blogueurs qui écrivent bien, avec intelligence, qui se sont donnés une mission. Tristan Nitot par exemple est un militant du logiciel libre et de Firefox. C'est argumenté, du bon blogging. Embruns, c'est un précurseur, un très grand connaisseur Mac. Quant au blog d'Eolas, qui se présente comme avocat au barreau de Paris, il a émergé comme un des plus populaires du web. Tous connaissent leur sujet. Les blogs permettent à des gens qui méritent d'avoir la parole de la prendre, sans s'en servir comme des journalistes.

Laurent Gloaguen ("Embruns") était ainsi invité aux vœux de Nicolas Sarkozy. Il en a fait un billet, qui montre toute la différence entre le journalisme et le blogging. Son texte était celui d'un individu libre, qui n'avait pas de contrainte de délai ou de longueur de texte. D'où un discours au ton différent de ceux qu'on peut trouver dans les journaux."

Le parcours d'un défricheur des nouvelles technologies en France

"Cyril Fievet, 39 ans, marié, apolitique et athée". Ainsi se présente Cyril Fievet sur son blog perso ( nanoblog.com) . Il trouve important de définir d'où il parle. Et avait apprécié, lors du débat sur la Constitution, ceux qui proclamaient d'emblée, en tête de leur site, «je vote oui » ou «je vote non ».

Pourquoi se proclamer apolitique ?
«Je ne suis pas militant. Et surtout, la politique, telle qu'elle se pratique, n'est pas ce qui m'intéresse le plus».

Pourquoi se dire athée ?
«J'ai allumé les créationnistes et il me semble important de préciser que je ne suis pas croyant » (Passionné par la robotique, l'intelligence artificielle, la technologie et ce qu'elles vont changer à nos modes de vie, Cyril Fievet préfère, quand il aborde les problèmes éthiques, annoncer clairement la couleur.)

Vous avez été un des précurseurs de l'Internet en France. Votre parcours dans les nouvelles technologies?
"
Ingénieur en informatique, j'ai débuté dans le conseil avant de découvrir Internet, en 1994. Il m'a semblé que c'était énorme. On a créé sur Internet "Cybersphère", le premier magazine en français sur le Web. Puis en 1995, Quelm, une boîte qui a lancé des magazines en ligne, sur la BD, la technologie, Internet, le futur. On tirait nos recettes de la pub, du sponsoring et du contenu, mais on s'est essoufflé en 1998. En 1999, on a levé des fonds à hauteur de 1,5 millions d'euros pour une nouvelle entreprise... mais j'ai pris de la distance et j'étais en Indonésie, quand la boîte a déposé son bilan fin 2000, à l'éclatement de la bulle Internet.

Je suis devenu rédacteur en chef d'un magazine pour l'Australie et l'Indonésie sur les sujets de société. On a enquêté sur le Falun Gong, entre autres… Je suis resté deux ans là bas, j'y ai écrit mon "Que sais-je?" sur "Les robots". Je suis revenu il y a deux ans.

Actuellement ? Je travaille à mi-temps comme journaliste pour Internet Actu (magazine en ligne sur l'Internet édité par le CNRS et par la Fondation Internet Nouvelle Génération), plus spécialement sur la robotique et les technologies émergentes. Je collabore étroitement au « Monde de l'intelligence »,(magazine diffusé à 45.000 exemplaires et produit par une toute petite société, Mondeo) sur les neurosciences, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives. J'écris mon cinquième livre, un ouvrage collectif, sur les robots encore. Je suis fondateur associé et rédacteur en chef de pointblog.com. Et désormais rédacteur en chef de Netizen."

Livres parus :
Blog Story (avec Emily Turretini, éditions de l'Organisation, 2004)
Apple&Pixar Mania L'année Steve Jobs (éditions Eyrolles, 2004)
Les robots (Puf, 2002)
Cyberguide (Addison Wesley, 1995)