Cet article date de plus de neuf ans.

Philippe Chaffanjon, le monde au bout de sa rue

Le groupe Radio France est orphelin depuis mercredi d'une de ses grandes figures, Philippe Chaffanjon. Le directeur du réseau France Bleu, ex-directeur de France Info, ex-reporter à RTL, est décédé à l'âge de 55 ans des suites d'une crise cardiaque. Retour en quelques sons sur la carrière d'un homme que chacun décrit comme profondément humain, et ouvert sur "l'autre".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Maxppp)

"Personne ne disait jamais de mal de Philippe Chaffanjon ". Ces mots prononcés par Jean-Luc Hees, PDG de Radio France mercredi soir, sont la définition-même de ce qu'était Philippe Chaffanjon : un homme respecté, un reporter talentueux, un journaliste profondément humain, et professionnel. Tous ceux qui l'ont connu le décrivent ainsi.

Journaliste avant tout

La carrière de Philippe Chaffanjon commence à l'aube des années 80. Sorti du Centre de Formation de Journalistes (CFJ) à Paris, il intègre rapidement la rédaction de France Inter en 1982. Sa passion : le reportage. Tous les reportages. Celui au bout du monde comme celui au coin de la rue.

Cinq ans plus tard, il part, direction la maison qu'il marquera à jamais de son empreinte, RTL. Avec son Nagra (de 1968, comme il le précisait) en bandoulière, cet enregistreur à bandes qui taillade l'épaule du grand reporter, il parcourt le monde.

En avril 1984, il est au Liban, plus exactement à Jounieh, dont le port est en train d'être bombardé par les forces syriennes.

La chute du Mur de Berlin, la guerre du Golfe, le génocide rwandais, autant d'événements qui nourrissent l'homme, et le reporter. Un reporter qui se trouve en ces heures de mai 1993, devant l'école maternelle de Neuilly-sur-Seine où se déroule une prise d'otages.

Philippe Chaffanjon s'est aussi illustré dans le sport, commentant en direct, deux exemples parmi d'autres, le Tour de France en 1998, et les Jeux Olympiques de Sydney en 2000.

À RTL, Philippe Chaffanjon deviendra rédacteur en chef, puis directeur de la rédaction en 2004. Il quittera la maison en 2007, pour rejoindre France Info.

Les années "patron"

France Info, nouvelle étape d'une carrière déjà impressionnante. À la tête de la radio dès 2009, Philippe Chaffanjon impose sa patte, et privilégie, évidemment, le reportage. Il fait des reporters la marque de France Info ; sans cesse à l'affût de la moindre actualité, toujours au contact de ses équipes, il informe, encourage, apaise, hausse le ton. Sébastien Baer, grand reporter à France Info, se souvient de lui.

Sous sa direction, France Info se démultiplie. En janvier 2010, la radio se délocalise à Haïti après le tremblement de terre. Haïti, une île qu'il aimait profondément, dont il a transmis l'amour à plusieurs reporters.

Beaucoup se souviennent aussi de ses coups de fil à 5 heures du matin, pour prendre connaissance d'une actualité, discuter de "l'ouverture" d'un journal, piloter à distance. La radio, il ne la débranchait jamais.

Philippe Chaffanjon et son scooter changent de "porte" à Radio France, en juillet 2012. De la porte B de France Info à la F de France Bleu, le réseau aux 43 stations locales. Autant de villes dans lesquelles il tenait à se rendre, pour rencontrer les équipes. La récompense vient très tôt : le mois dernier, France Bleu réalise son meilleur score historique, atteignant la barre des 8 % d'audience.

Lui, le provincial et fier de l'être, venait d'écumer les plateaux de télévision pour parler de cette réussite, et de sa vision pour le réseau. En peu de mois à la tête de France Bleu, il avait déjà acquis sa légitimité, et gagné le respect. L'histoire d'une vie, et d'une carrière pour celui que personne n'envisageait d'appeler autrement que "Chaff'".

> Notre page en hommage à Philippe Chaffanjon

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.