Cet article date de plus d'onze ans.

Les Européens pas tous "accros" du net

Un tiers des habitants de l'UE disent n'avoir jamais utilisé internet selon une étude de la Commission publiée mardi
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un tiers des habitants de l'UE n'a jamais utilisé internet (© France)
Un tiers des habitants de l'UE disent n'avoir jamais utilisé internet selon une étude de la Commission publiée mardiUn tiers des habitants de l'UE disent n'avoir jamais utilisé internet selon une étude de la Commission publiée mardi

Le net étend pourtant sa toile puisqu'en 2007, 40% des habitants de l'Union n'avaient jamais surfé sur le réseau contre 30% aujourd'hui.

Autre enseignement issu du rapport sur l'économie numérique publiée par la Commission européenne, un quart des Européens n'ont jamais utilisé d'ordinateur et 40% n'ont pas d'accès Internet à domicile.

Parmi les personnes ne disposant pas de connexion, plus d'un
tiers disent qu'ils n'en voient pas l'utilité et un quart affirment qu'ils n'ont pas les moyens de s'en offrir une.

Les personnes âgées de plus de 65 ans et les demandeurs d'emplois sont les personnes les moins actives sur internet.

Sans surprise, les internautes les plus assidus sont les moins de 24 ans. Viviane Reading, commissaire européen chargée de la société de l'information et des médias, a déclaré que des efforts devaient être faits pour faciliter l'accès à ces "super-utilisateurs". "Pour libérer le potentiel économique de ces natifs du numérique, nous devons faire de l'accès au contenu numérique un jeu facile et juste", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

66% des moins de 24 ans surfent en effet tous les jours, bien plus que la moyenne des Européens (43%). La tranche des 16-24 ans est aussi la plus grande utilisatrice des réseaux sociaux comme Facebook ou des services de téléchargement et de partage de musique ou de vidéo: 73% s'en sont servis dans les trois derniers mois, soit le double de la moyenne européenne (35%).

Mais l'étude relève un problème "Leur attitude vis-à-vis du paiement de contenus en ligne et leur perception que beaucoup des services et des contenus sont disponibles gratuitement". Au total, 33% des jeunes ne sont pas prêts à payer pour télécharger.

Viviane Reding l'a reconnu récemment "le piratage sur internet semble devenir de plus en plus "sexy", surtout chez les jeunes. "La croissance du piratage en ligne est un vote de défiance envers les modèles d'activité et les solutions légales qui existent", a-t-elle estimé évoquant les "graves déficiences du système actuel" et jugeant "regrettable" que le débat soit "polarisé" entre tenants du tout-gratuit ou du tout-répressif.

Dans l'Hexagone...


La France est aujourd'hui au 10e rang européen pour l'usage d'internet : 47% des Français surfent quotidiennement et 63% au moins une fois par semaine.

Mais elle est 3e pour le téléchargement ou l'écoute en ligne de musique et de vidéo (38% d'utilisateurs), derrière les Pays-Bas (46%) et le Luxembourg (42%). Les statistiques ne font toutefois pas la distinction entre offres légales ou non. "Il est nécessaire de pénaliser ceux qui enfreignent la loi. Mais y a-t-il vraiment suffisamment d'offres légales attractives pour le consommateur sur le marché?", s'est interrogée Viviane Reding. "Avons-nous envisagé les options alternatives à la répression? Avons-nous vraiment regardé le problème avec les yeux d'un jeune de 16 ans ?"

Viviane Reding compte faire du dossier une des priorités de son prochain mandat à la Commission.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.