Le ministre de la Culture et de la Communication a estimé qu'il fallait donner une "deuxième chance" à l'animateur

"Il faut donner des deuxièmes chances à tout le monde", a déclaré M. Mitterrand vendredi sur RTL.La décision prise mercredi par le patron de France Télévisions, Rémy Pflimlin, de suspendre "provisoirement" l'animateur de France 2 "est parfaitement juste, il faut arrêter tout ça, il faut qu'il se reprenne", a également ajouté le ministre.

Jean-Luc Delarue (3 septembre 2010)
Jean-Luc Delarue (3 septembre 2010) (AFP/ FRED DUFOUR)

"Il faut donner des deuxièmes chances à tout le monde", a déclaré M. Mitterrand vendredi sur RTL.

La décision prise mercredi par le patron de France Télévisions, Rémy Pflimlin, de suspendre "provisoirement" l'animateur de France 2 "est parfaitement juste, il faut arrêter tout ça, il faut qu'il se reprenne", a également ajouté le ministre.

"Mais quand il se sera repris et qu'il se sera désintoxiqué, il n'y a pas de raison de ne pas lui donner de deuxième chance", selon lui.

"Jean-Luc Delarue c'est une histoire triste. Il y a une sorte d'enchaînement fou des années de travail, d'une générosité très forte dans ses émissions, de la notoriété qui est un fardeau qu'on a peur de perdre. Et puis un moment ça déraille", a plaidé le ministre.

Décision provisoire de la chaîne
Jean-Luc Delarue, qui animait "Toute une histoire" tous les jours sur France 2, a été privé d'antenne pour une durée "indéterminée et provisoire" par le groupe public, 24 heures après sa garde à vue dans une affaire de trafic de drogue. France Télévisions a invoqué des raisons "d'éthique".

Mardi, l'animateur producteur avait été entendu sur commission rogatoire d'une juge d'instruction de Nanterre, après que seize grammes de cocaïne aient été saisis à son domicile, dans le centre de Paris.

Les policiers cherchaient à savoir s'il réservait cette cocaïne à sa consommation personnelle, malgré l'importance des sommes engagées, ou s'il en faisait bénéficier d'autres personnes. L'animateur avait été interpellé à 06h00 à son domicile.

Les excuses de l'animateur
Dans un message vidéo publié mardi soir sur internet, et enregistré après sa remise en liberté, M. Delarue a tenu sans délai à présenter des excuses publiques dans un message vidéo publié sur Internet: "Je présente mes excuses à ceux que j'ai pu offenser ou décevoir. En tout cas, je ne veux pas donner le mauvais exemple", a déclaré M. Delarue qui s'exprimait devant le public de son émission "Toute une Histoire" (France 2), à l'issue d'un enregistrement.

Des précédents
En mars 2007, il avait été condamné à un stage de citoyenneté de trois jours pour son comportement violent et outrageant à l'encontre de personnels navigants d'Air France, lors d'un vol Paris-Johannesburg le 13 février, alors qu'il était ivre.

L'animateur avait publiquement reconnu "avoir pété les plombs" lors de ce vol et présenté ses excuses pour son comportement alors qu'il n'était "pas dans (son) état normal".