La Playstation Vita, une console portable inspirée des smartphones

Sony lance mercredi sa nouvelle console portable. Tactile, elle sera assortie d'un abonnement internet et ses jeux pourront être téléchargés.

La PlayStation Vita est commercialisée au Japon depuis décembre 2011.
La PlayStation Vita est commercialisée au Japon depuis décembre 2011. (YOSHIKAZU TSUNO / AFP)

Malmenées par l'irruption des smartphones et des tablettes tactiles dans l'univers des jeux vidéo, les consoles portables tentent de rattraper leur retard. Sony lance mercredi 22 février la PlayStation Vita, une machine pour marier la mobilité des smartphones et les capacités techniques des consoles de jeux. 

• Des consoles proposées par des opérateurs de téléphonie mobile

Première nouveauté, la compatibilité 3G. La PS Vita sera proposée en deux versions : un modèle Wi-Fi annoncé à 249 euros et un autre compatible 3G à 299 euros. Conséquence : la console de jeux sera, en plus des magasins spécialisés, commercialisée par des opérateurs de téléphonie mobile.

En France, c'est SFR qui a obtenu l'exclusivité. L'opérateur proposera plusieurs forfaits, selon le site ZDnet :  37 euros par mois pour une console à un euro, 27 euros par mois pour une machine à 29 euros.

• La première console tactile de Sony

Fonctionnalité classique d'un smartphone, le tactile fait son apparition chez Sony, avec l'écran et un pavé au dos de l'appareil. Ce dernier permet par exemple d'effectuer un tir sur "Fifa" ou de grimper à la corde dans le jeu d'aventure "Uncharted". La console est également équipée de deux caméras, d'un GPS et d'un accéléromètre pour détecter les mouvements. 

Des jeux à télécharger

Autre caractéristique empruntée aux smartphones, la possibilité de télécharger les jeux, pour une dizaine d'euros de moins que les versions "physiques" en magasin (30 à 50 euros), rapporte Le Figaro. Mais si la dernière console de Sony s'inspire des téléphones portables, elle propose des jeux plus aboutis et des graphismes comparables à ceux d'une console de salon. "Sur la PS Vita, nous voulons proposer du jeu vidéo haut de gamme. Cela passe (…) par des productions soignées qui entraînent le joueur dans une histoire de longue haleine et pas seulement dans des parties de quelques minutes", expliquait en décembre Philippe Cardon, PDG de Sony Computer Entertainment France.

Le lancement occidental sera accompagné de la sortie d'une vingtaine de jeux, avec des têtes d'affiche comme "Uncharted: Golden Abyss", la simulation de football "Fifa" ou encore "Michael Jackson: The Experience HD".

• Un pari risqué

Au Japon, la console est commercialisée depuis décembre 2011 mais les ventes ne décollent pas. Quelque 560 000 exemplaires ont été vendus, dont 320 000 la première semaine. La concurrence avec la 3DS de Nintendo et les téléphones portables s'annonce difficile.

Preuve de cette nouvelle donne dans l'univers des jeux vidéos : en 2011, selon le cabinet d'études américain Flurry, le chiffre d'affaires généré aux Etats-Unis par les systèmes iOS d'Apple et Android de Google (pour smartphones et tablettes) a dépassé celui de Sony avec sa PSP, prédécesseur de la PS Vita et Nintendo, avec sa gamme.