Cet article date de plus d'onze ans.

Dans une tribune au Monde, la direction de l'AFP juge les agences "plus indispensables que jamais"

"Depuis que l'internet s'est imposé comme vecteur incontournable d'information (...) Ce n'est pas tant la qualité ou la pertinence des informations délivrées par les agences qui sont pointées du doigt mais le prix jugé élevé."C'est ce qu'écrivent Philippe Massonnet et Juliette Hollier-Larousse, directeur de l'information et directrice adjointe.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

"Depuis que l'internet s'est imposé comme vecteur incontournable d'information (...) Ce n'est pas tant la qualité ou la pertinence des informations délivrées par les agences qui sont pointées du doigt mais le prix jugé élevé."

C'est ce qu'écrivent Philippe Massonnet et Juliette Hollier-Larousse, directeur de l'information et directrice adjointe.

"Les agences de presse doivent affirmer haut et fort qu'elles sont un ingrédient irremplaçable pour une information complète et de qualité", ajoutent les auteurs.

"C'est d'ailleurs la recherche d'un financement mieux assuré, dans le respect de la loi européenne, qui conduit l'AFP à vouloir se doter d'un statut nouveau, tout aussi protecteur de son indépendance que le statut actuel", écrivent-ils.

Une réforme du statut de l'AFP (qui est une loi de 1957) demandé par le
gouvernement fait actuellement l'objet d'un débat public. Une série d'auditions s'est tenue à l'Assemblée nationale début décembre et une table ronde doit avoir lieu au Sénat le 12 janvier.

Claude Moisy, un ancien PDG de l'AFP, avait estimé dans les mêmes colonnes
du Monde qu'il ne fallait pas changer le statut de l'AFP.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.